Dans l'actualité récente

Ukraine : Shevchenko, l'apprenti architecte

Voir le site Euro 2016 de football

Andriy Shevchenko
Par Alexandre Coiquil|Ecrit pour TF1|2016-06-16T14:23:38.906Z, mis à jour 2016-06-16T14:23:53.747Z

Entraîneur-adjoint de Mikhaïl Fomenko en sélection d'Ukraine, Andreï Shevchenko effectue ses grands débuts comme technicien lors de cet Euro 2016. Une entrée en matière qu'il a préparé avec minutie.

Andreï Shevchenko est de retour. Quatre années après la fin de sa carrière, et un passage éclair en politique en Ukraine, l'ancien buteur de l'AC Milan a finalement joint l’acte à la parole en devenant l'adjoint de Mikhaïl Fomenko à la tête de la sélection ukrainienne. Présent en tant que joueur lors du dernier Championnat d'Europe disputé à domicile en 2012, où il n'avait pas pu empêcher l'élimination de son pays au premier tour malgré un doublé victorieux face la Suède (2-1), le joueur formé au Dynamo Kiev n'a pas pu résister à l'appel du coeur quand sa fédération lui a proposé le poste.

Nommé en février dernier, « Sheva » s’est déjà fait remarquer lors de cet Euro 2016. Particulièrement actif sur le banc de touche ukrainien, il vit les matches comme s’il était encore joueur. Cela a marqué lors de la défaite de l’Ukraine face à l’Allemagne (2-0), où la prestation de ses compatriotes, un peu timide dans l'ensemble, l'a frustré par moment. L’Ukrainien a le profil et surtout la passion pour ce métier, cela s'est vu à Lille.

Shevchenko marche sur les traces de l'architecte Lobanovski

Sur son expérience actuelle au sein de la sélection ukrainienne, Shevchenko a expliqué dans un entretien donné au site UEFA.com qu’il avait pris son temps pour analyser toutes les facettes du métier. « Quand j’étais joueur, je regardais de nombreuses choses comme un entraîneur, a souligné Shevchenko. Puis j’ai suivi des cours, voyagé, observé auprès de quelques-uns des meilleurs entraîneurs. » Approché à l’automne 2012 pour devenir sélectionneur à la place d’Oleg Blokhine, l’ancien attaquant avait refusé la proposition faute de compétences. La donne a changé aujourd'hui.

« Maintenant, je comprends qu’entraîner n’est pas seulement une affaire de préparer l’équipe et les joueurs, a renchéri l’ancien joueur du Dynamo Kiev. Tu dois aussi être un bon manager, t’occuper des autres membres de l’encadrement, des finances. Tu as besoin de bons assistants et recruteurs. » Désormais détenteur d’un diplôme, après avoir suivi une formation spécifique auprès de l’UEFA lors des deux dernières années (l’UEFA Pro Licence), sa seconde carrière est en marche. Lui se veut le descendant direct de son mentor au Dynamo, le mythique Valeri Lobanovski, figure historique du Dynamo et ancien sélectionneur de l'URSS, finaliste de l'Euro 1988 (défaite 2-0 face aux Pays-Bas). Pour ses références plus récentes, il évoque Carlo Ancelotti et José Mourinho qu’il a eu comme entraîneurs à l'AC Milan et à Chelsea. 

Objectif  Premier League

Entraîneur est un métier à part, c'est même une philosophie. Shevchenko l'a bien compris quand il a étudié le métier. « Tu dois connaître de nombreuses choses quant à la médecine du sport et d’autres aspects. J’aime vraiment entraîner, a reconnu le néophyte. J’aime transmettre mon expérience auprès des joueurs et regarder le football sous un autre angle. Je suis heureux de travailler à l’Euro. Ce sera une grande expérience pour moi .»

On ne sait pas encore si l’ancien international poursuivra ou non son aventure avec l'Ukraine, dont il rêve un jour de pendre les commandes, après l’Euro 2016. Mais dans un entretien donné au journal britannique Metro, il déclarait en avril dernier vouloir devenir un jour le manager de Chelsea et donc exercer en Premier League. « On ne sait jamais ce qu’il peut se passer dans la vie. J’ai une très bonne relation avec le club et les supporters. J’essaierai et je serai un manager dans le futur .»  Voilà de belles paroles. On a hâte de le voir rejoindre pour de bon ce grand cirque.


en savoir plus : Equipe d'Ukraine de Football