Dans l'actualité récente

Un Euro record pour les paris sportifs

Voir le site Euro 2016 de football

Suisse : des billets de banque distribués gratuitement à la gare de Zurich
Par Louis-Marie VALIN|Ecrit pour TF1|2016-07-14T10:39:42.519Z, mis à jour 2016-07-14T10:50:44.293Z

Le Portugal n'aura pas été le seul gagnant de la compétition. Au terme d'un Euro record, les opérateurs de paris sportifs peuvent également se frotter les mains.

Si sportivement la compétition n'aura pas battu beaucoup de records, il en est autrement des paris sportifs qui ont littéralement crevé le plafond lors de cette édition 2016 de l'Euro.

297 M€ de recettes !

L'Euro en France a ainsi généré pas moins de 297 M€ repartis entre les sites Internet des 12 opérateurs agréés par l’ARJEL, l’Autorité de régulation des jeux en ligne (141,2), et les 25 000 points de vente de la FDJ (155,8). A titre de comparaison, l'édition 2012 de la compétition n'avait engendré que 31 M€ soit à peine plus que la seule finale finale France-Portugal et 29,6 M€ ! Même la Coupe du Monde 2014, principal événement sportif au monde n'avait pas rassemblé de telles sommes puisque seulement  109 millions d’euros avaient été pariés sur l’ensemble de la compétition.

Un marché pas encore à maturité

Si ces sommes sont impressionnantes, les chiffres devraient pourtant continuer à grimper ces prochaines années comme le prédit Charles Coppolani, président de l’Arjel :  « En Espagne, en 2015, les paris sportifs en ligne ont généré 4 milliards d’euros de mise. Sur la même période en France, le montant s’établissait à 1,440 milliard d’euros ». Depuis 2010 et l'ouverture à la concurrence,  le marché des paris sportifs n'a cessé de croître et devrait donc continuer sa croissance exponentielle dans les prochaines années.

L'Etat, l'autre grand gagnant

Si les opérateurs de paris peuvent donc envisager sereinement l'avenir, il en va de même pour l'Etat qui prélève 1,8 % sur chaque mise de paris. Pour le financement de l’Euro, un prélèvement exceptionnel de 0,3 % a même été rajouté au prélèvement principal sur les jeux de grattage et de loterie, le portant ainsi à 2,1 %. Pour 2016, les taxes pourraient ainsi rapporter 323 M€ à l’Etat !

Une somme majoritairement utilisée au financement du Centre national pour le développement du sport (CNDS) qui devrait recevoir 222,6 M€ en 2016.

Créez votre onze-type du tournoi en cliquant ici

en savoir plus : Equipe de France de Football