Islande : Un petit tour et puis s'en va ?

Voir le site Euro 2016 de football

Équipe Islande
Par Axel BENCHINA|Ecrit pour TF1|2016-06-02T15:55:37.691Z, mis à jour 2016-06-02T16:09:44.650Z

Qualifiée pour la première fois de son histoire dans une compétition internationale, l’Islande ne semble cependant pas avoir les épaules pour créer un quelconque exploit.


L’exploit a déjà été créé lors de la phase de qualifications en devançant la Turquie et les Pays-Bas mais l’Islande doit réitérer la prouesse face aux Autrichiens, Hongrois et Portugais. Une autre paire de manches pour les hommes de Lars Lagerback.


Un manque d’expérience indéniable

L’Islande fait partie des cinq nations à disputer l'Euro pour la première fois. L’expérience pour une compétition comme celle-ci pourrait donc manquer d’autant que ses adversaires du premier tour ont tous connu l’Euro plus ou moins récemment et avec plus ou moins de succès. L’Autriche a notamment joué l’Euro  dans son pays en 2008 sans se qualifier certes mais avec des promesses d’avenir intéressantes. David Alaba, la star autrichienne, fait figure d’épouvantail au sein de ce groupe et pourrait évincer à lui seul l’Islande avec un coup de pied arrêté dont il a le secret. De même pour le Portugal de Cristiano Ronaldo qui aura à cœur de réussir, voire de remporter enfin une compétition avec son pays. La Hongrie semble être l’équipe la plus disputable pour espérer atteindre la troisième place. Mais l’ancien géant du football mondial n’a plus connu de phase finale d’une grande compétition depuis 1986 et les supporters hongrois en ont assez qu’on parle d’eux au passé. 


Le départ de Lagerback pourrait perturber la compétition

Le sélectionneur suédois Lars Lagerback quittera ses fonctions de sélectionneur de l’Islande après l’Euro : « « Ça a été une décision difficile. J'ai vécu quatre années fantastiques. Le problème est que je suis né il y a trop longtemps. Je dois réaliser que je ne rajeunis pas. » Un constat sage qui pourrait cependant perturber la cohésion de groupe islandaise. On se souvient qu’en 2004, Jacques Santini avait annoncé avant l’heure un départ pour Tottenham après une éventuelle élimination de l’Equipe de France. Les Bleus se sont fait sortir sans éclat en quarts contre la Grèce. Arrivé en 2011, Lars Lagerback n’a sans doute pas annoncé au meilleur moment sa décision.