" Une folie d'installer une fan zone sous la Tour Eiffel"

Voir le site Euro 2016 de football

Supporters français avec des drapeaux
Par Audrey Deschamps|Ecrit pour TF1|2016-04-30T14:35:52.606Z, mis à jour 2016-04-30T14:40:32.778Z

La sécurité pendant l'Euro en France est sur toute les lèvres. L'installation d'une fan zone à Paris "est une folie" pour Frédéric Péchenard, ancien directeur de la police nationale.

Les Fan zones pendant l'Euro 2016 posent beaucoup d'interrogations. Et celle positionnée sur les champs Élysées  encore plus. Ces rassemblements de supporters manquent encore d'agents de sécurité.


" Une folie "

A un peu plus d'un mois de la compétition en France, le sujet est sensible. Des espaces dédiés aux supporters sont prévus dans chaque ville hôte.Et Frédéric Péchenard, ancien directeur de la Police nationale et actuel vice-président de la région Île-de-France a déclaré sur RTL, que l'installation d'une fan-zone à Paris sous la Tour Eiffel était "une folie"en raison de la menace terroriste qui plane sur l'Europe.

Symbole des terroristes

" A Paris, les policiers et les gendarmes sont sur les genoux, il va falloir qu'ils protègent les stades, les aéroports, les gares... Penser que l'ont peut mettre sans risque 100 000 personnes sous la Tour Eiffel, le symbole de Paris, le symbole que les terroristes vont essayer de frapper, c'est une folie." Un point de vue qu'il défend depuis déjà plusieurs semaines.

Problème de recrutement

Outre le problème du lieu où elles se trouvent, les fan-zones rencontrent une autre difficulté, celle de leur  sécurisation et le manque d'agents de sécurité privée. Les grandes société de sécurité sont réticentes; jugeant le risque trop élevé. Du coup, les appels d'offre ont été remportés par des PME, selon la radio Europe 1. Et beaucoup d'entre elles, ne disposant pas d'effectifs suffisants pour cette mission, devraient recruter et former des agents à la dernière minute. En parallèle, le ministre des sports, Patrick Kanner, a annoncé une rallonge de 12 millions d’euros pour sécuriser les fan zones dans les 10 villes hôtes. " Nous avons relevé le niveau de sécurité à 24 millions d’euros », avait déclaré le ministre le 25 avril à l’Assemblée nationale.