L'interview de Clément Manuel alias Romain Chevalier dans la série Falco

Voir le site Falco

Clément Manuel - Falco
Par Karelle BOURGUEIL |Ecrit pour TF1|2015-03-24T15:00:00.000Z, mis à jour 2015-03-24T15:20:28.000Z

Harnaché d'une ceinture d'explosifs à la fin de la saison 2, Chevalier, l'adjoint de Falco, ne semblait plus avoir aucune issue pour survivre. Il apparaît dans ces nouveaux épisodes profondément marqué par ces événements aussi bien physiquement que moralement. Clément Manuel évoque la renaissance de son personnage et l'évolution de ses liens avec Falco.

Les dernières images de la saison 2 laissaient Chevalier pour mort. Qu'en est-il au début de cette saison 3 ?
Amputé de la partie inférieure d'une jambe, Chevalier est totalement anéanti. Après avoir échappé à la mort, il n'arrive pas à refaire surface. Il reprend peu à peu goût à la vie grâce au soutien de sa campagne, Joy, et de Falco. Ils ont chacun de bons arguments pour l'aider à se reconstruire. Cette saison est en quelque sorte une résurrection pour Chevalier, similaire à celle vécue par Falco.

Ces événements tragiques semblent les avoir rapprochés. Comment leur relation a-t-elle évolué ?
Au début de la série, Chevalier trouvait Falco arrogant et ne pouvait pas le supporter. Ils ont finalement dépassé leurs préjugés et se sont rendu compte qu'ils devaient accepter leurs différences et travailler main dans la main. Ils ont tous les deux dû se reconstruire après avoir frôlé la mort. Cette expérience commune a renforcé leur amitié. Leur relation est devenue plus intime. Ils commencent même à se tutoyer !

Très respectueux des règles, Chevalier est désormais plus enclin à adopter les méthodes parallèles de Falco. Comment expliquez-vous ce changement ?

Après le drame qu'il a traversé, plus rien n'a d'importance pour Chevalier. Contrairement aux saisons précédentes, il ne met par exemple plus sa ceinture en voiture. Eva, Falco et Chevalier ont survécu à l'horreur et se sentent indestructibles, un peu à l'image des trois mousquetaires.

La vie personnelle de Chevalier est particulièrement développée dans ces nouveaux épisodes. Que pensez-vous de cette évolution ?
Solitaire n'ayant jamais vécu une vraie relation de couple, il connaît enfin l'amour. L'annonce de sa future paternité va faire ressortir de nombreux aspects de sa personnalité jusqu'alors inconnus. Ces événements bousculent ses certitudes et révèlent un homme nouveau. Il laisse pousser sa barbe. Une décision loin d'être anodine et dont la raison sera révélée dans le dernier épisode...

Comment avez-vous géré le handicap de votre personnage durant le tournage ?
Boiter m'a demandé un effort physique assez considérable. Je devais y penser en permanence et être très attentif à ne pas plier le pied. L'amputation au-dessous du genou entraîne un boitillement particulier que j'ai dû apprendre. Les premières semaines de tournage ont été très pénibles. J'ai ressenti de grosses douleurs dans le dos et les genoux. J'ai beaucoup travaillé avec un kinésithérapeute qui m'a expliqué comment faire pour ne pas occasionner de trop fortes souffrances. Le boitillement d'une personne amputée disparaît avec le temps et cette évolution devait être visible à l'écran. Même si Chevalier ne sera jamais Carl Lewis, il perdra peu à peu son boitillement et son handicap va même devenir un avantage...

Quel plaisir prenez-vous à tourner dans cette série ?

J'éprouve un vrai bonheur à retrouver l'équipe chaque année. La relation qui se solidifie entre les personnages évolue en parallèle entre les comédiens, les membres de la production et les techniciens. J'aime retrouver les réalisateurs qui reviennent au fil des saisons. Nous avons également la chance de jouer avec des guests prestigieux, comme Natacha Régnier et Stomy Bugsy. Donner la réplique à de nouveaux partenaires de qualité est très appréciable.

Avez-vous des projets ?
J'ai créé avec ma femme une société de production, Kwassa Films, il y a un peu plus d'un an. Nous développons des projets de documentaires et de longs métrages de fiction. Un de nos films a été sélectionné au festival de Berlin en février dernier.