Allemagne-Mexique : les champions du monde en proie au doute

Voir le site Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

Joachim Low Allemagne
Par Hamza HIZZIR & Michel VERON|Ecrit pour TF1|2018-06-17T08:58:27.197Z, mis à jour 2018-06-17T08:58:28.920Z

Les Allemands, champions du monde en titre, abordent sans confiance cette Coupe du monde en Russie, en affrontant le Mexique ce dimanche pour le groupe F. Leur sélectionneur, Joachim Löw, réfute toutefois la thèse de la fin de cycle.

Ce n’est qu’une statistique mais elle a de quoi faire peur à Joachim Löw, le sélectionneur de la Mannschaft. Lors des quatre dernières Coupes du monde (à l’exception de celle de 2006), le champion du monde en titre a systématiquement été éliminé en phase de poules. La France en 2002, l’Italie en 2010 et l’Espagne en 2014 n’avaient pas réussi à se qualifier pour les huitièmes de finale. Seul le Brésil, en 2006, était parvenu à se hisser en quart de finale avant d’être éliminé par les Bleus de Raymond Domenech.

Cette malédiction va-t-elle se poursuivre avec les Allemands cette année ? C’est en tout cas un scénario qui n’a rien d’ubuesque compte tenu des prestations relativement fébriles de l’Allemagne depuis plusieurs mois. La terrible Mannschaft, qui n’a pas perdu un seul match en 2017, n’est plus aujourd’hui que l’ombre d’elle-même.

En effet, cette équipe qui a remporté sans trembler ses dix matchs de qualification pour la Coupe du Monde a enregistré depuis l’automne dernier une étonnante série de cinq matches sans victoire. Après trois matches nuls consécutifs (face à l’Angleterre, la France et l’Espagne), elle a ensuite essuyé deux défaites (face au Brésil et à l’Autriche).

"Nous sommes un peu plus forts qu'il y a quatre ans"


Cette série a pris fin avec sa toute petite victoire face à l’Arabie saoudite (2-1) lors de l'ultime match amical de préparation. Un succès certes rassurant, mais qui confirme aussi les carences offensives d’une équipe qui marque peu et l’absence de sérénité en défense. Après la défaite face à l’Autriche (2-1), Joachim Löw n’avait d’ailleurs pas caché ses craintes. "Si nous jouons comme ça au Mondial, nous n'aurons pas beaucoup de chances", a-t-il concédé. Un constat, du reste, partagé par les joueurs.

Sommes-nous en train d'assister à la fin du cycle initié par Löw en 2006, et qui a trouvé son apogée en 2014 ? Le sélectionneur allemand n'y croit pas du tout. Il l'a ainsi formulé ce samedi 16 juin, à la veille de l'entrée en lice de son équipe contre le Mexique, dimanche 16 juin : "Nous sommes un peu plus forts qu'il y a quatre ans. Toutes les grosses équipes, en quatre ans, deviennent en fait un peu plus fortes. Nous avons plus de cordes à notre arc, mais nous ne sommes pas les seuls."

Pour le technicien, en tout cas, conserver un titre de champion du monde n'est pas forcément mission impossible. "C'est ce qu'il y a de plus difficile. Mais nous avons encore l'orgueil et la faim. On sent que la tension monte, y compris chez les joueurs qui ont déjà joué beaucoup de tournois. Le Mondial est quelque chose de très particulier, il n'y a rien de plus beau. J'ai un bon pressentiment." Les statistiques, après tout, sont faites pour être contredites.

>> Tout savoir sur l'Allemagne, championne du monde en titre>> L'Allemagne est-elle capable de défendre son titre ?

en savoir plus : Coupe du Monde 2018 : Allemagne - Mexique, Equipe d'Allemagne de Football