Angleterre-Etats-Unis (1-2) : Cinquième finale pour les Américaines

Angleterre-Etats-Unis (1-2) : Cinquième finale pour les Américaines
COUPE DU MONDE 2019 - Vainqueur logique de l'Angleterre (1-2), mardi soir, à Lyon, les Etats-Unis ont validé leur billet pour la cinquième finale de leur histoire.

Les Etats-Unis éteignent l'Angleterre

Les Etats-Unis terminent toujours par gagner. Suite à une nouvelle démonstration de gestion événements, la sélection américaine a obtenu sa qualification pour la grande finale de cette Coupe du monde 2019, mardi soir, à Lyon. Vainqueur d’une équipe d’Angleterre à réaction, mais un peu prise par l’enjeu dans l’ensemble, la sélection dirigée par Jill Ellis a logiquement validé pour ce qui sera la cinquième finale de son histoire après 1991, 1999, 2011 et 2015.

Le résultat de ce match s’est joué lors de la première demi-heure. C’est lors de ce premier acte que les trois buts de cette première demi-finale ont tous été marqués. Stephen Press (10e) et Alex Morgan (31e) ont ouvert le score et redonné l’avantage à Team USA. L’inévitable Ellen White avait égalisé à la 19e minute. L’attaquante de Chelsea a été la seule Anglaise au niveau de cette demi-finale. Elle n'a pas été suivie. Et, oui, c'est elle qui aurait dû tirer ce penalty - obtenu après consultation du VAR - à la 83e minute.

Le reste de ses coéquipières ont alterné le bon et le moins bon. Le constat à faire de cette rencontre est qu'on n'a pas eu la chance de voir la vraie Angleterre. Mais le niveau des Etats-Unis, combiné à l’enjeu que représente l’accession à une finale de Coupe du monde et un coaching un peu étrange de la part de Neville, ont fait déjouer les Lionnes. Elles pourront égaler leur 3e place acquise en 2015 lors du match pour la 3e place qui se jouera samedi, à Nice.

Pas de nouveauté du côté des Américaines. Les coéquipières d’Alex Morgan ont encore démarré tambours battant, marqué rapidement avant de contrôler les événements. Le même scénario vu et revenu face à l’Espagne, puis la France. Bousculées en huitièmes de finale, secouées en quarts de finale, et encore bousculées en demi-finale, les Américaines ont réponse à tout. Elles ne sont plus qu’à un petit succès d’un quatrième sacre mondial.

La joueuse : Alex Morgan (Etats-Unis)

En l'absence de Megan Rapinoe, laissée sur le banc, Alex Morgan a fait le job. Auteure du but décisif à la 31e minute, l'attaquante a porté ses coéquipières et évidemment fait un gros travail en appui devant.

Le chiffre : 3

C'est la troisième fois de la phase finale que les Etats-Unis s'imposent sur le score de 2-1.

Espagne, France, Angleterre : trois nations européennes ont subi le même sort.

Vidéos associées

News associées