Lionel Messi, un Mondial en chemin de croix

Voir le site Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

Lionel Messi Argentine Croatie
Par Yohan ROBLIN|Ecrit pour TF1|2018-06-21T21:54:15.971Z, mis à jour 2018-06-21T22:18:08.823Z

Fantomatique ce jeudi 21 juin, lors de la défaite méritée contre la Croatie (3-0), Lionel Messi n'a pu empêcher la déroute de l'Albiceleste. Après deux matches, l'Argentine est au bord du gouffre. Son numéro 10 aussi.

La moue de Lionel Messi laissait présager le pire. La fébrilité s'était ressentie jusque sur le visage de "la Pulga" pendant les hymnes nationaux. Une heure et demie plus tard, le constat est sans appel : l'Argentine est au bord de l'élimination. Après deux matches, un nul contre l'Islande (1-1) et une défaite face à la Croatie (3-0), l'Albiceleste se retrouve dans de sales draps dans le Groupe G, avec un seul point en deux journées. Ce jeudi 21 juin, sous les yeux de Maradona, son idole qui avait conduit l'Argentine au sacre en 1978 et 1986, les finalistes de la dernière Coupe du monde ont été humiliés. Messi n'a été que l'ombre de lui-même. À des années-lumières du joueur flamboyant qu'il est au Barça, celui qui nous a habitués à faire des misères aux défenses.

>>> Le film du match Argentine-Croatie

Sans imagination et sans audace, Lionel Messi est avant tout un dommage collatéral des choix de Jorge Sampaoli. Depuis sa prise de fonction, le sélectionneur de l'Albiceleste le répète à l'envie : l'équipe est aux ordres de son numéro 10. Pour lui, l'Argentine ne devait et ne pouvait vivre que par le natif de Rosario. En Russie, il a entraîné son attaquant de poche dans sa chute. "La réalité de l'équipe argentine assombrit l'éclat de Messi. Il est limité car l'équipe ne prend pas forme avec lui comme elle le devrait", a plaidé Sampaoli au coup de sifflet final. "Nous n'avons pas trouvé la meilleure équipe pour l'accompagner." Décevant face à l'Islande, où il avait vu Hannes Halldórsson repousser son penalty, le quintuple Ballon d'Or a traversé le match contre la Croatie comme un fantôme. En première période, seul Sergio Agüero, avec 7 ballons touchés, a moins eu le cuir dans les pieds que Messi, trouvé à seulement 20 reprises. Pire, le Blaugrana n'en a touché aucun dans la surface de Subašić.

Inefficacité et nervosité   

Résultat : en plus de 180 minutes, la star du Barça a été incapable de faire la différence. Malgré ses onze tirs contre les Islandais, un record depuis Gigi Riva en 1974, il n'a pas été en mesure de marquer le moindre but. Face aux Croates, il n'a tout bonnement pas existé. Sa seule occasion du match, Messi l'a eu à la 64e. Avec 12 tirs dans cette Coupe du monde, il est le joueur qui a tenté le plus sans parvenir à faire trembler les filets. Preuve de la nervosité qui s'est emparée de lui en raison de l'attente de son public, "la Pulga" a dégoupillé. Il s'est accroché brièvement avec Ivan Strinic (73e). La suite, vous vous en doutez, il l'a vécu en tant que spectateur. Il a assisté, impuissant, aux buts croates, dont le chef d'oeuvre de Luka Modric (80e). "Messi est un joueur exceptionnel mais il ne peut pas tout faire tout seul", a commenté le capitaine des Vatreni au micro de la Television Publica Argentina. "Dans le football, on a besoin d'aide." Comprenez, la Croatie joue en équipe. Pas l'Argentine.

Finaliste malheureux de la dernière Coupe du monde, ainsi que de trois Copa America (2007, 2015 et 2016), Lionel Messi comptait sur le tournoi russe pour conjurer le sort, qui l'avait même poussé à prendre sa retraite internationale au lendemain de la défaite contre le Chili en 2016. Après deux matches, sa dernière chance de remporter le Mondial est en train de lui passer sous le nez. On ne peut s'empêcher de penser que cette Coupe du monde aura vu l'un des meilleurs joueurs de l'histoire dans l'une des pires équipes d'Argentine de l'histoire.

en savoir plus : Equipe d'Argentine de Football, Equipe de Croatie de Football