Ils n'ont pas regardé France-Belgique et ne comptent pas voir la finale de la Coupe du monde

Voir le site 15 JUILLET 2018 : La France en bleu

000 17G4YI
Par Amandine REBOURG|Ecrit pour TF1|2018-07-11T17:00:09.924Z, mis à jour 2018-07-11T18:58:32.712Z

Le match France-Belgique a rassemblé 19.1 millions de téléspectateurs sur TF1, un record en cette année 2018 pour la première chaîne. Que faisaient donc les personnes qui n'ont pas jeté un coup d'oeil à cette demie ? Nous en avons interrogés quelques-uns.

Mardi soir, vous étiez 19.1 millions devant TF1 à regarder la demi-finale de la Coupe du monde opposant la France à la Belgique, un record d'audience pour TF1 en cette année 2018. Une vague de liesse populaire a traversé l'Hexagone jusqu'au petit matin pour fêter cette victoire. Et nul doute que, pour certains, la nuit a dû être courte. 

Pour d'autres en revanche, ce fut une soirée des plus normales, malgré la folie douce ambiante. Tous les Français n'étaient pas forcément devant leur télévision pour suivre le match et ne serons pas forcément non plus devant la finale, ce dimanche à 17h sur TF1. Nous leur avons donc demandé pourquoi ils n'avaient guère envie de prendre part à cette fête du football, à cette grande communion qui nous rappelle tant de souvenirs vieux de vingt ans. 

>> L'équipe de France s'offre le record d'audience de l'année avec un pic à 22 millions de téléspectateurs

>> Toutes ces coïncidences qui laissent pense que les Bleus peuvent être champions du monde

"Je ne me reconnais pas du tout là-dedans"

Pour Thimothée Saumet, fondateur de start-up, le foot n'est tout simplement pas son truc. "Ce n’est pas un sport qui m’intéresse à la base. J’ai vu des comportements dans des matchs de haut niveau qui frôlent la triche (...) des comportements caricaturaux, d'enfants gâtés qui refusent une sélection. Je ne me reconnais pas du tout là-dedans", dit-il. Alors hier, sa compagne était avec des amis, chez eux, pour regarder le match, mais lui était à son bureau, en train de travailler. Pour autant, Timothée n'est pas de ceux qui, sous prétexte de ne pas aimer le football, empêche ses collaborateurs de suivre les matchs, sur les horaires de bureau. "On a décidé avec mes associés de faire tout ce qui était possible pour permettre à l’équipe de regarder les matches, on a décalé des rendez-vous, des horaires de travail, on a installé des télés aux bureaux", dit-il. "C’est un élan populaire à encourager, ça dépasse les barrières." 

Forcément, on se dit que dimanche, il ne devrait peut-être pas être devant son téléviseur pour la rencontre : son choix n'est pas tout à fait arrêté sur le sujet. "Je n’ai pas prévu de regarder la finale. Je me laisserai porter. Peut-être que je le ferais, ce n’est pas déconnant de participer à l’élan populaire", détaille-t-il encore. Bon mais une victoire de la France, dimanche, cela lui ferait-il ne serait-ce qu'un tout petit peu plaisir ? "En tant qu'entrepreneur, je suis heureux parce qu’on va gagner en point de PIB, alors j’encourage l’équipe de France."

"Je n'ai pas réussi à m'identifier à cette équipe"

Pour Eddy, la question de regarder le match ou pas mardi soir était réglée. Lui et sa famille ont eu envie de regarder "The Revenant", tout en jetant un coup d’œil au résultat de la rencontre de temps en temps. Un programme un peu à part pour une telle soirée de liesse. Mais Eddy n'a pas eu le sentiment de passer à côté de quelque chose. "J'admire les qualités sportives de Lloris et Mbappé mais je n'ai pas réussi à m'identifier à cette équipe", dit-il. Pour la finale, il sera en Angleterre, sans doute entouré d'Anglais, fans de football. "Pourquoi pas dans un pub avec une pinte de bière et nos amis anglais ?", indique-t-il. 

Cela ne sera pas un problème "tant que je ne rencontre pas de hooligans", sourit-il. Quant à la liesse populaire qui s'empare de la France depuis quelques semaines, il se dit simplement être "étonné de voir autant de personnes dehors pour du foot : "Cela reste du sport même si je comprend bien l'enthousiasme des supporters". Toutefois pas aigri pour deux pounds, Eddy dit que "cela fait toujours plaisir de voir l'Equipe de France en finale, comme lors de l'Euro 2016". Même si on espère une issue plus heureuse. 

"On n'a pas gagné : les joueurs ont gagné mais pas moi, ni les voisins"

Pour Auriane, la question est réglée depuis le début de la Coupe du Monde. "Le foot ne m'intéresse pas. Je n'ai pas envie d'en être", précise-t-elle. "Ce mouvement de liesse générale me fait le même effet que la foi religieuse : cela a l'air d'être quelque chose, effectivement, mais je ne ressens rien de cet ordre, qui me pousserait à m'y rallier." Son analyse va tout de même un peu plus loin. Elle explique notamment que le fameux "On est en finale" est sans doute un peu fort. "On n'a pas gagné : les joueurs ont gagné mais pas moi, ni les voisins rugissant n'ont joué", souligne-t-elle. Sur ce point effectivement nous ne pouvons que lui donner raison. 

Et la joie de tout un pays, alors ? Elle la comprend. Mais seulement celle des amateurs de foot. "Celle des autres est un peu effrayante", juge-t-elle. Nul doute que dimanche, la tranquillité tant appréciée de la jeune femme risque d'être un peu secouée. "Je vais aller manger une glace, bouquiner, faire du sport, vivre ma vie quoi ! Et prier pour qu'on perde, histoire de pouvoir ensuite dormir. La faute aux supporters irrespectueux, parce que sinon je préfère évidemment souhaiter de la joie."

>> Toutes les infos sur la Coupe du monde en Russie