Trois bonnes raisons de regarder Brésil-Mexique

Voir le site 15 JUILLET 2018 : La France en bleu

000 16V1RH
Par La rédaction|Ecrit pour TF1|2018-07-02T05:00:55.676Z, mis à jour 2018-07-02T05:00:55.676Z

Ce lundi à 16h, le Brésil affronte le Mexique en huitième de finale du Mondial 2018. Après une phase de poule laborieuse, le Brésil aura à coeur de se reprendre et d'afficher un visage conquérant face à une des formations les plus séduisantes de ce début de Mondial.

Ce lundi, à partir de 16h, le Brésil va entamer la seconde partie de sa Coupe du monde en affrontant le Mexique en huitième de finale. Après un premier tour laborieux où elle a glané deux victoires et un nul en trois rencontres face à la Suisse (1-1), le Costa Rica (2-0) et la Serbie (2-0), la sélection de Tite va cette fois se frotter à une équipe mexicaine d'un tout autre calibre. Voici trois bonnes raisons de suivre ce huitième de finale opposant la "Seleçao" et la "Tri".

>> Le Brésil privé de Marcelo face au Mexique

>> Les affiches des huitièmes de finale

1. Les buts seront au rendez-vous

Habitués depuis le début de la compétition à se heurter à des blocs défensifs positionnés très bas, les Brésiliens vont affronter ce lundi une sélection mexicaine qui n'hésite pas à prendre le jeu en main. Ni à prendre des risques dans le camp adverse, en témoignent ses victoires face au tenant du titre, l'Allemagne (1-0) et la Corée du Sud (2-1). Malgré ces deux succès, la "Tri" a montré quelques faiblesses défensivement, avec une large défaite concédée lors du dernier match du groupe F face à la Suède (3-0). Avec Andrès Guardado et Hector Herrera en guise de rampes de lancement, les fusées Carlos Vela et Hirving Lozano, jeune sensation de ce début de Mondial, vont certainement tenter de prendre de vitesse les latéraux brésiliens. 

>> Revoir le but de Lozano qui met l'Allemagne à terre

Devant cette stratégie ambitieuse des Mexicains, l'armada brésilienne composée de Willian, Gabriel Jesus, Philippe Coutinho et Neymar pourrait alors profiter des espaces qui s'offrent à elle pour mettre en grande difficulté la défense mexicaine, composée de Gallardo, Moreno, Salcedo et Alvarez. D'ailleurs, depuis 1950, les deux formations se sont affrontées à 21 reprises, pour un bilan de 58 buts, soit une moyenne de 2,7 buts par match.

>> "Neymar a l'habitude d'exagérer" : le tacle appuyé de Guardado avant Brésil-Mexique

2. Philippe Coutinho, le vrai patron de la Seleçao

A défaut d'avoir un Neymar Jr flamboyant depuis le début de la compétition malgré un but inscrit face au Costa Rica en phase de poule, le Brésil peut compter sur son maestro au milieu de terrain, un certain Philippe Coutinho. Outre son influence grandissante dans le jeu des Brésiliens, Coutinho a été impliqué dans 3 des 4 buts du Brésil lors de cette Coupe du Monde 2018, inscrivant deux réalisations et offrant une passe décisive. Mieux, en 2018, l'ancien chouchou d'Anfield est impliqué sur 22 buts en 29 rencontres disputées avec le FC Barcelone et la sélection brésilienne.

>> Oublié Neymar, le sauveur de la Seleçao c'est Coutinho

3. Ochoa, la caution spectacle de la défense mexicaine

Face à la force de frappe impressionnante des Brésiliens, le Mexique va pouvoir sur un quatuor défensif solide, avec notamment la charnière Salcedo-Moreno, mais surtout le dernier rempart Guillermo Ochoa. En état de grâce depuis le début du Mondial, l'ancien portier de l'AC Ajaccio, aujourd'hui au Standard de Liège, présente des statistiques affolantes. Il est, selon les statistiques de la FIFA, le gardien le plus sollicité de la première phase de la Coupe du monde, durant laquelle il a réussi 17 arrêts, pour 4 buts encaissés.

>> Guillermo Ochoa, le seul mur dont le Mexique a besoin

>> Toutes les infos sur la Coupe du monde en Russie