Dans l'actualité récente

Trois choses à savoir sur Denis Cheryshev, passé de risée du Real à héros de la Russie 

Voir le site 15 JUILLET 2018 : La France en bleu

000 16Y27H
Par La rédaction|Ecrit pour TF1|2018-07-07T19:22:35.481Z, mis à jour 2018-07-07T19:22:38.356Z

Longtemps moqué, Denis Cheryshev a été l'une des grands hommes de ce début de Mondial avec notamment un doublé inscrit lors du match d'ouverture face à l'Arabie saoudite. Samedi, il affrontera la Croatie (à 20h sur TF1), en quart de finale du Mondial. Voici trois petites choses à savoir sur le buteur russe.

S'il a longtemps été moqué, Denis Cheryshev a montré qu'il n'avait plus envie de rire depuis ce début de Mondial en Russie. Grâce à un doublé lors du match d'ouverture face à l'Arabie Saoudite (5-0), puis un but face à l'Egypte (3-1), l'attaquant s'est montré sous un jour nouveau : celui d'un redoutable buteur. Frappera-t-il de nouveau contre la Croatie, samedi, en quart de finale ? Tout le peuple russe l'espère. En attendant, voici de quoi patienter avec quelques petites choses à savoir sur Denis Cheryshev. 

>> Russie-Croatie : le match dans le match entre Igor Akinfeev et Danijel Subasic

Un nom bien connu dans le foot espagnol

Si le nom de ce joueur trotte dans la tête des spécialistes depuis quelques années, c'est qu'il est presque dynastique dans le football ibérique. Son père Dmitri a joué au Sporting Gijon dans les années 1990 quant à Denis, il a répété ses gammes au Real Madrid avant d'être transféré à Villarreal en 2016 où il avait été prêté (il est également passé par Séville et Valence). Mais avant cela, c'est en décembre 2015 que tout a basculé pour l'attaquant, face à Cadix en seizième de finale de la Coupe du Roi. Une rencontre dont il se souvient encore.   

L'imbroglio Real Madrid-Cadix

Lors de ce match, il porte le maillot du Real, et ouvre le score. Sauf qu'un bruit court en tribunes : il n'aurait pas le droit de jouer ce match, car il a écopé de deux cartons jaunes lors de la saison précédente à Villarreal. L'équipe adverse, Cadix, dépose un recourt et le Real se voit éliminé sur tapis vert, dès son entrée en lice dans la compétition. Comme on peut l'imaginer, le scandale est énorme, de l'autre côté des Pyrénées. La presse s'étonne que le club n'ait pas vérifié la disponibilité de ses joueurs et que le natif de Nijni-Novgorod n'ait pas eu la présence d'esprit d'avertir ses dirigeants de sa sanction... 

Durant deux ans, le joueur traîne une réputation de "chapuza" (auteur d'un travail bâclé) et mange son pain noir durant un long moment, d'autant plus qu'il est blessé la saison d'après. 

Son père, ce troll 

Pendant que toute la planète football se pose "logiquement" la question de l'état de forme éblouissant de la Russie, avec des accusations de dopage qui planent depuis le début de la compétition, le père de Denis Cheryshev, Dmitri, a donné son avis sur la question. Dans une interview, il déclare que, lorsque son fils était blessé, on lui avait injecté des hormones de croissance. Des injections interdites qu'il explique par une mésentente des médecins au sujet du traitement de la blessure...

De quoi créer un début de polémique. La fédération russe a tenté d'éteindre le feu en expliquant qu'il s'agissait d'une injection de plasma enrichi en plaquettes, parfaitement légale, accusant par ailleurs le journaliste d'avoir mal interprété les paroles de Dmitri Cheryshev. Quant au joueur, il a été forcé de nier avoir pris ces hormones : "Je ne sais pas d'où le journaliste tient ça. Peut-être qu'ils n'ont pas compris mon père. Peut-être qu'ils ne comprenaient pas ce qui se passait. Je n'ai jamais utilisé de substances interdites."

>> Toutes les infos sur la Coupe du monde en Russie