Uruguay-France : Godin-Giménez, la défense modèle

Voir le site Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

Diego Godin José Giménez Uruguay
Par Yohan ROBLIN|Ecrit pour TF1|2018-07-05T15:00:44.142Z, mis à jour 2018-07-07T13:08:28.829Z

Avec un seul but encaissé, la charnière uruguayenne Diego Godin-José Giménez écœure ses adversaires dans ce Mondial. Les deux centraux qui évoluent ensemble à l'Atlético Madrid promettent une bataille de haut niveau à l'équipe de France en quarts, ce vendredi 6 juillet (à 16h en direct sur TF1).

Ne tournons pas autour du pot, il n'y a pas meilleure paire dans ce Mondial. Associés en défense, Diego Godin et José Giménez font office de références à leur poste. Ensemble, les deux Uruguayens ont érigé l'art de défendre en fierté nationale. Leur association en charnière centrale garantit sérénité et solidité à la Celeste. Depuis le début de la compétition, l'Uruguay du "Maestro" ÓscarTabárez n'a concédé qu'un seul but en quatre matches. Aucune sélection n'a fait mieux, à égalité avec le Brésil parmi les derniers qualifiés.

C'est ce duo infernal que vont retrouver Antoine Griezmann et l'équipe de France ce vendredi 6 juillet (en direct sur TF1 et en live commenté sur LCI) pour une place en demies. Pas une mince affaire pour les Bleus, qui vont passer du rien avec l'Argentine et son marquage laxiste sur le porteur du ballon, au tout avec l'Uruguay et ses deux tauliers agressifs sur l'homme. "C'est l'une de nos vertus en tant qu'équipe : nous sommes solides défensivement", résumait Diego Godin après la victoire contre la Russie (3-0).

>>> Óscar Tabárez, l'architecte du renouveau de la Céleste

>>> Pourquoi Cavani et ses coéquipiers arborent 4 étoiles sur leur maillot ?


Une complicité sans pareille

S'il est évident que la Celeste dans son ensemble, dont les latéraux Laxalt et Caceres, a toute sa part dans la performance, c'est avant toute chose la complémentarité et la complicité entre Diego Godin et José Giménez qui assure à l'Uruguay son assise défensive. Simples, efficaces et autoritaires, ce n'est pas un hasard si les deux arrières centraux sont aux commandes de la meilleure défense d'Espagne (22 buts concédés) avec l'Atlético. 

Une association en club qui a aussi fait ses preuves en sélection. Alignés régulièrement à partir de 2015, les deux Uruguayens n'avait plus commis d'impaire depuis une défaite 2-1 contre l'Autriche en novembre 2017. Il a fallu attendre sept mois et un huitième contre le Portugal (2-1) pour voir Pepe marquer sur un moment d'inattention. Elle a ainsi résiste aux assauts répétés de Cristiano Ronaldo, pourtant habitués à leur faire des misères, puisque détenteur du titre honorifique de meilleur buteur de l'histoire des Atlético-Real avec 22 réalisations.


Bien sûr, Godin n'est plus à présenter. Capitaine de l'Uruguay, il incarne toutes les valeurs de la Celeste. Garant de la "Garra Charrúa", l'état d'esprit hérité des Indiens qui veut qu'il ne faut jamais rien lâcher et être prêt à tous les sacrifices pour gagner, il est considéré comme l'un des meilleurs à son poste. Même Diego Maradona l'idolâtre : "Godin est un crack, qui défend, qui dirige, qui marque, qui gagne, qui ne rate pas un match... lui, c'est un crack". 

Ancien compagnon de fortune de Diego Lugano, Godin a trouvé en José Giménez, son cadet de neuf ans, l'associé idéal. Rugueux, puissant et excellent joueur de tête, l'autre Colchonero a appris le métier patiemment à ses côtés. Sur le terrain, comme en dehors, les deux n'ont pas beaucoup besoin de se parler pour se comprendre.

>>> Que pensent les Uruguayens des Bleus ?

>>> Antoine Griezmann, le plus "Uruguayo" des Bleus


Une muraille infranchissable ? 

Avec eux, l'Uruguay a un socle défensif robuste qui concède peu d'occasions. À eux deux, Diego Godin et José Giménez ont effectué 21 des 66 interceptions dans ce tournoi. Dans ce secteur précis, personne n'arrive à la cheville de la Celeste. Et concernant à l'idée reçue qui voudrait que l'impact physique des Uruguayens entraîne plus de fautes, les statistiques nous prouvent au contraire qu'ils sont hyper-disciplinés. En quatre matches, ils n'ont concédé que 46 fautes, soit 12 de moins que l'équipe de France. 

"Ça sera difficile car je connais tout de (Diego Godin) comme lui de moi, je connait tout de Giménez et lui aussi", confiait Antoine Griezmann, leur coéquipier à l'Atlético Madrid, conscient que la tâche qui attend les Bleus. Pour Florian Thauvin, un motif d'espoir tout de même. "Ils se mettent chiffon sur le terrain, il n'y pas d'erreur de leur côté, il faudra essayer de partir dans leur dos, de trouver des espaces, ils manquent un peu de vitesse", expliquait-il. Toutes les idées sont bonnes à prendre, même s'il n'est pas certain que ça marche.

>>> Toutes les infos de la Coupe du monde 2018