Dans l'actualité récente

Russie-Croatie : le match dans le match entre Igor Akinfeev et Danijel Subasic

Voir le site 15 JUILLET 2018 : La France en bleu

Akinfeev Subasic
Par Antoine LLORCA|Ecrit pour TF1|2018-07-07T20:41:26.184Z, mis à jour 2018-07-07T20:41:28.698Z

Auteurs de performance exceptionnelle en 8e de finale, les deux gardiens auront fort à faire lors du quart de finale entre la Russie et la Croatie samedi à 20h (sur TF1). Analyse de ce match dans le match.

Si la Croatie de Luka Modric était attendue, la Russie, qui accueille cette Coupe du monde 2018, apparaît clairement comme l'invité surprise (avec la Suède) de ces quarts de finale. Mais les Russes ont fait mentir tous les pronostics en sortant deuxième de leur poule et, surtout, en réalisant l’exploit de s’imposer face à l’Espagne en 8e de finale (1-1, 4-3 t.a.b). Un fait d'armes dû en grande partie à la performance exceptionnelle de son gardien Igor Akinfeev. Même chose pour la Croatie qui s’est brillamment qualifié pour les 8e de finale avant d’arracher aux tirs au but face au Danemark (1-1, 3-2 t.a.b) une qualification pour les quarts de finale. Comme pour la Russie, c’est le gardien, Danijel Subasic, qui a qualifié son pays grâce à des arrêts de grande classe. 

Ce quart de finale s'annonce donc comme un match où les gardiens devraient être à l'honneur. De fait, les deux hommes abordent cette confrontation avec une grande confiance. En attendant le face-à-face entre les deux équipes, décryptage de ce match dans le match entre Igor Akinfeev et Danijel Subasic. 

>> Toutes les affiches des quarts de finale

Akinfeev, le roc de la sélection russe 

Capitaine de la sélection russe et titulaire depuis 2005 (une éternité), Igor Akinfeev a réalisé un match de très haute volée face à une équipe espagnole qui sur le papier avait tout pour écraser son adversaire. Mais c’était sans compter sur une défense de fer et sur le roc Akinfeev, auteur de neuf parades pendant la rencontre. Impuissant sur le but contre son camp d'Ignashevich en début de rencontre (11e), il a ensuite réalisé des interventions décisives. Mais c’est surtout à la fin du match que le portier du CSKA Moscou a été essentiel pour la Russie alors que l’Espagne faisait tout pour marquer et ainsi éviter une prolongation. À la 85e minute, il réalise une double parade monstrueuse face à Iniesta puis Aspas, puis une autre face à Rodrigo lors de la prolongation (109e). 

Vient ensuite cette séance de tirs au but où le portier va s’illustrer. Après avoir encaissé les tentatives d’Andres Iniesta et Gerard Pique, Igor Akinfeev plonge bien vers la droite et stoppe le tir de Koke. Il encaisse à nouveau un but puis Iago Aspas se présente devant sa cage. Moment choisi par Akinfeev pour sortir le plus bel arrêt du match en déviant du bout du pied la frappe de l’Espagnol alors qu’il était déjà en train de plonger vers la droite de son but. 

Auteur d’une Coupe du monde 2014 décevante, le portier de 32 ans, adulé dans son pays, a pour l'instant fait taire les critiques venus de l’étranger qui moquent souvent ses boulettes ou son triste record de 43 matches de Coupe d'Europe consécutifs joués en encaissant au moins un but. 

Subasic, le héros d’une nation 

Tout démarre bien dans cette Coupe du monde pour le portier de l’AS Monaco. Il sort des phases de poule en ayant encaissé un seul but lors du Islande-Croatie (1-2) et aborde donc le 8e de finale face au Danemark avec confiance et décontraction. Pourtant, il réalise un début de match catastrophique en encaissant un but dès la première minute de la rencontre. Sur une touche longue, Mathias Jørgensen hérite du ballon et place un tir à portée du gardien. Celui-ci semble l’arrêter, mais dévie finalement la balle dans ses buts… 

Se dirige-t-on alors vers une nouvelle correction pour le gardien de Monaco, lui qui a encaissé des scores très lourds lors de cette saison en Ligue 1 et aussi en Ligue des champions  (4-0 à Nice, 7-1 à Paris, ou huit buts encaissés en deux matches contre Porto) ? Heureusement pour "Suba", ses partenaires égalisent très vite. Ce qui lui redonne confiance. Suba a l’habitude des deuxièmes chances, lui qui a toujours été critiqué depuis son arrivée à Monaco pour ses boulettes et sa tendance à rester trop sur sa ligne. Depuis qu’il est arrivé à l’ASM en 2012, il a écarté tous les concurrents de gros calibre que ses dirigeants ont recruté, notamment deux finalistes de Coupes du monde, l'Argentin Sergio Romero et le Néerlandais Marteen Stekelenburg. 

Pendant le reste du match, il réalise une prestation de haute volée mais c’est lors de la séance de tirs au but que "Suba" s’illustre. Il commence par dévier le premier tir au but sur le poteau et redonne à lui seul courage aux Croates, qui venaient de manquer un penalty en fin de prolongation, pourtant tiré par Modric. En arrêtant deux autres frappes, il finit par offrir la qualification à ses "Vatreni" et vole la vedette à son vis-à-vis Kasper Schmeichel.

>> VIDÉO - Croatie-Danemark : focus sur le match de Danijel Subasic


Avec ses trois penalties arrêtés dans ce Mondial, le portier monégasque égale le record jusqu’ici détenu par le Portugais Ricardo, qui avait réalisé le même exploit face à l’Angleterre en 2006. Le lendemain de cette qualification à l’arraché, la presse croate a unanimement salué la performance du "Héros Subasic", certains journaux appelant même à la construction "d’un monument pour ses arrêts miraculeux".

À coup sûr, le match dans le match entre les deux hommes sera passionnant !

>> Toutes les infos sur la Coupe du monde en Russie