Bouhaddi : "On va essayer de faire courir les Américaines, elles n'aiment pas ça

COUPE DU MONDE 2019 - Passée en conférence de presse, mardi, Sarah Bouhaddi, la gardienne de l'équipe de France, a annoncé ne pas craindre le quart de finale face aux Etats-Unis.

Sur le quart de finale contre les Etats-Unis

"C’est le quart de finale que vous attendiez (les journalistes, ndlr) dont vous avez parlé énormément pendant cette Coupe du monde, avant cette Coupe du monde. Vous devez êtres contents, vous allez pouvoir sortir les titres que vous souhaitiez. Voilà, pour nous, cela reste un match de Coupe du monde. Le match face au Brésil était aussi dur que celui qu'on va affronter vendredi. Donc, voilà, l'idée c'est de se préparer au maximum pour répondre présentes pendant ce match."

"Ce sont les Américaines : elles ont fait de très bons matches depuis le début de la compétition.Elles ne sont pas n°1 mondiales par hasard. Voilà, elles ont un jeu très poussé vers l'avant. Maintenant, on a regardé le match aussi hier face à une équipe espagnole qui s'est bien battue, qui est restée en place et qui a su les mettre en difficulté. Voilà, je pense que le staff va bien analyser ce match-là, analyser les matches précédents et mettre en place une tactique qui va pouvoir les mettre en difficulté."

"Non, nous on n'a jamais trop parlé des Américaines. Voilà, si vous ne nous en parliez pas d'elles depuis le début de la compétition, on n'en parlerait pas. On s'est vraiment projeté match après match. On savait que le premier tour était difficile, on a aussi pris conscience de la difficulté du huitième de finale face au Brésil. On va essayer de les faire courir parce qu'elles n'aiment pas ça."

"Oui, on les a battues mais ce n’était qu’un match de préparation. Ce qui se passera vendredi n’aura rien à voir avec ce match-là. L’enjeu sera différent, la préparation sera différente. Après, il y a quand même quelques enseignements à tirer de ce match-là."

Sur le déclic mental

"Je ne pense pas que ce soit spécifiquement contre le Brésil. Nous avons développé une force mentale ces derniers mois et la rencontre contre le Brésil n’a fait que l’accentuer. Le déclic, nous l’avons eu après la lourde défaite contre l’Angleterre (1-4) à Columbus. Nous avions pris une bonne claque et depuis ce match, je pense que nous avons vraiment bien progressé sur le plan mental. "

"Nous avons pris conscience des qualités de notre groupe. Notre atout mental est aussi fort que celui des Américaines. Contre les Norvégiennes et les Brésiliennes, nous avons vécu des matches difficiles mais nous avons gagné."

Sur le discours confiant voire arrogant des Américaines

"Je pense qu’elles ont été éduquées comme cela depuis toutes petites. En sport collectif, elles sont formatées pour parler comme cela, pour avoir une attitude comme ça. Maintenant, on les connait, on ne s’attarde pas sur leurs discours. Ce qui sera important, c’est le jour J."

Vidéos associées

News associées