"C'est une honte" : la charge de la petite amie de Neymar contre une vidéo machiste

Voir le site Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

Bruna Marquezine Neymar
Par Yohan ROBLIN|Ecrit pour TF1|2018-06-21T17:09:49.097Z, mis à jour 2018-06-21T18:40:15.334Z

En réponse à une vidéo de supporters du Brésil obligeant une jeune femme russe à répéter des obscénités, Bruna Marquezine s'est insurgée contre le machisme et la misogynie de ces fans de la Seleçao.

La vidéo virale fait scandale au Brésil. Dans un clip d'une quinzaine de secondes, en marge de la Coupe du monde, des hommes habillés du maillot de la Seleçao encouragent une jeune femme russe à chanter avec eux ce qu'ils disent être des chants de supporters. En réalité, ils la poussent répéter des propos dégradants, dont "boceta rosa" ("vagin rose", en portugais). Des mots qu'elle reprend à tue-tête sans vraiment les comprendre. 

"C'est une honte", a réagi Bruna Marquezine, célèbre actrice de télénovelas et, accessoirement, petite amie de Neymar. Au Brésil, d'autres personnalités féminines ont vivement condamné la vidéo en question. "Ce n'est pas drôle, c'est du machisme, de la misogynie et c'est honteux, totalement honteux", a rétorqué sur Instagram la mannequin Fernanda Lima, qui avait présenté le tirage au sort du Mondial 2014. L'incident est remonté jusqu'au sommet de l'État. Le ministère des Affaires étrangères a rappelé qu'un "guide consulaire" avec des recommandations pour éviter tout débordement avait été proposé par ses services. "Ce guide recommande expressément d'éviter tout violence verbale, visuelle ou physique, particulièrement des actes insultants ou humiliants", a-t-il expliqué. Avant d'ajouter que "toute accusation d'infraction de la législation russe fera l'objet d'enquête de la part des autorités de ce pays". Un des supporters identifiés dans la vidéo est un policier de Santa Catarina, au sud du Brésil. Selon la presse locale, un "processus disciplinaire" va être enclenché. 


Depuis le début de la Coupe du monde, d'autres incidents du même genre ont signalé. Une journaliste de la chaîne allemande Deutsche Welle a été agressée sexuellement en plein direct. Sur Instagram, Julieth Gonzalez Theran a invoqué le droit au "respect". "Nous ne méritons pas d'être traitées ainsi", a-t-elle écrit. Dans le même temps, un supporter de l'Argentine a demandé une jeune fille russe de répéter des phrases à caractère sexuel. En conséquence, il a vu son Fan ID, son pass pour accéder aux stades du Mondial, être supprimé. 

en savoir plus : Equipe du Brésil de Football