Coupe du monde 2022 - France - Pologne : Deschamps veut oublier l'échec contre la Suisse

COUPE DU MONDE 2022 - Passé en conférence de presse, à la veille du 8e de finale France - Pologne, Didier Deschamps a appelé à la méfiance, même s'il a refusé de reparler de l'échec contre la Suisse.

Les Bleus sont au pied du mur. Champions du monde en titre, les hommes de Didier Deschamps défient la Pologne, ce dimanche à 16h00 (15h50 sur TF1), avec la ferme intention d'accéder aux quarts de finale et continuer leur parcours dans ce Mondial 2022.

Comment voir France - Pologne à la TV ?

Un an et demi après l'échec subi en 8e de finale de l'Euro contre la Suisse, les Bleus ont désormais un précédant marquant avant d'affronter un adversaire réputé plus faible qu'eux. Justement, Didier Deschamps a refusé de se replonger dans le passé. Mais on ne reprendra plus les Bleus à lâcher du lest en plein match.

Sur le 8e de finale

"C'est une autre compétition qui commence. Il faut faire en sorte qu'il y ait un autre match derrière. Je ne tombe pas dans une routine, mais je ne vais en rajouter non plus, je ne veux pas amener un peu plus de stress à notre sérénité, notre tranquillité."

"Mais on sait qu'il y a une place en quart de finale au bout. Le niveau de difficulté augmente. Les exigences doivent être encore plus élevées."

Coupe du monde 2022 : Calendrier et horaires de diffusion des 8es de finale sur TF1

Sur la Pologne et Lewandowski

"Cette équipe de Pologne défend très bien, elle aime ça, elle adore ça. Mais il ne faut pas la limiter à cela. Dans le secteur offensif c'est une équipe compétitive, avec un noyau de joueurs d'expérience. Dans l'abnégation, il y a du répondant (...)"

"Il faut limiter l'influence (de Robert Lewandowski). Moins il aura de ballons moins il sera dangereux. C'est un joueur intelligent, avec une habileté technique, qui utilise très bien son corps. Le moindre ballon peut être dangereux avec lui."

Sur le souvenir de la Suisse

"Parler du passé, surtout de celui-là, je ne vois pas l'intérêt. Les sensations vécues par ceux qui y étaient, ils n'ont pas envie de les revivre. Le seul point commun, c'est que c'est en huitième de finale."

En savoir plus sur gregoire margotton, Bixente Lizarazu ou Denis Brogniart

Vidéos associées

News associées