Coupe du monde 2022 - La nuit du "10" : l'Argentine remercie Lionel Messi

COUPE DU MONDE 2022 - Vainqueur du Mexique (2-0), samedi soir, l'Argentine est toujours en vie dans ce Mondial. Cette victoire a été marqué du sceau de Lionel Messi. C'était la nuit du 10.

"El Salvador Messi". Le "sauveur" Messi titrait le quotidien Olé samedi soir. La Puce argentine a lancé sa sélection vers une victoire déterminante face au Mexique (2-0), samedi soir, et permis à celle-ci de rester en vie dans cette Coupe du monde 2022. Heurté, difficile et très tendu, ce match a rendu fou tout un pays sonné par l'improbable défaite face à l'Arabie Saoudite. Mais tant qu'il y avait de la vie, il y avait de l'espoir. L'Argentine a choisi la vie.

Lionel Messi marque encore, l'Argentine toujours en vie

Les supporters argentins ont d'ailleurs - une nouvelle fois - remercié leur meilleur joueur en reprenant en chœur le célèbre : "Messi, Messi, Messi", gestes de révérence à l'appui. Dans les vestiaires, c'était plutôt le soulagement qui primait. "On veut gagner la troisième, on veut être champions du monde", ont tonné les joueurs, accompagnant leur capitaine au chant. Une victoire fondatrice ou un leurre ?

Les larmes d'Aimar

La tension était particulièrement présente dans les rangs de l'Albiceleste même. Quand Messi a enfin débloqué le tableau d'affichage en seconde période (64e) d'une frappe laser pleine d'inspiration, Pablo Aimar, l'ancienne gloire de la sélection et du Valence CF, s'est effondré en larmes sur le banc de touche. Idole de jeunesse de la Pulga, l'ancien meneur de jeu, désormais adjoint de Lionel Scaloni, a laissé retomber la pression d'une manière inouïe.

Où se situent Messi, Mbappé et CR7 parmi les meilleurs buteurs de l'histoire du Mondial ?

Mais y'avait-il seulement que ça ? Un simple soulagement ces larmes ? Plus que jamais, Messi incarne une forme de mysticisme en Argentine. Peut-être que voir Pablo Aimar pleurer pour un but est plus complexe que cela. Le génie compte ses jours en Coupe du monde et toute l'équipe d'Argentine marche sur un fil avec ce couperet au-dessus d'elle.

Messi a remplacé Maradona

Sans lui, rien ne sera plus pareil. Trop Barcelonais, trop distant pendant longtemps, le natif de Rosario a pleinement gagné la foule depuis le décès de Diego Armando Maradona. Quelques mois après le décès brutal du "Diez", il a enfin emmené la sélection vers la victoire en étant un leader spirituel et technique. Enfin, diront certain. Ce tournoi - "la dernière Coupe du monde de sa carrière" - est la dernière marche vers quelque chose de plus grand encore.

Voir le but de Messi en caméra isolée

La situation politique du pays, victime d'une inflation historique, rend la tâche du groupe argentin encore plus complexe dans ce Mondial. Car il ne s'agit plus que de sport, même si la passion de ce pays pour le ballon rond va au-delà de tous sens commun. L'Argentine vit sa plus grande crise économique depuis 20 ans et elle a préféré laissé de côté ses soucis actuels pour penser seulement au football. Avec la bénédiction de son Gouvernement.

La sélection est devenue depuis quelques semaines un échappatoire comme nul autre pour beaucoup. Comme tous ses fans qui ont économisé depuis plusieurs années pour aller au Qatar. Quitte à perdre de l'argent, autant que ce soit pour le voir. Lionel Messi porte donc tout un pays avec lui. Avec sa mystique, celle de Maradona et celle du numéro qui les rassemble. Un numéro d'un autre temps, celui du jeu. Cela vaut bien quelques milliers de dollars en moins.

Des larmes pour Scaloni aussi

Lionel Scaloni aussi a versé quelques larmes. Le technicien de l'Argentine, qui avait curieusement pris beaucoup de recul après la défaite contre les Faucons Verts d'Hervé Renard, a relâché la pression quand Enzo Fernandez a mis les siens à l'abri à la 84e minute. Des larmes de simple soulagement ou plus encore ? Lui qui avait abattu un sacré travail entre 2018 et ce Mondial 2022, avec cette victoire à la Copa America l'année dernière, ne méritait pas une débâcle à la Marcelo Bielsa 2002.

Le résumé d'Argentine - Mexique

Lionel Messi a évité le pire à son technicien avec qui le lien est fort depuis le départ. Comme tous les autres avant lui, Scaloni s'en est rendu à son capitaine après le match. En essayant d'analyser un match impossible à analyser, il a fini par lâcher une phrase évidente concernant la seconde période. "Et puis vous savez ce qui s'est passé. Le N.10 a marqué..."

Le paquebot du "10"

C'était donc plus la "Noche del diez", la nuit du 10, plus qu'une victoire de l'Argentine. Pas vraiment flamboyante, muselée pendant une heure par le Mexique, la sélection d'Argentine n'a rien d'un favori dans ses intentions de jeu pour le moment. Mais, peu importe, elle a trouvé un paquebot de sauvetage après son naufrage saoudien. La voilà avec son destin entre ses pieds. Une vraie force.

Coupe du monde 2022 : Calendrier et horaires de diffusion des matches sur TF1

"Il fallait absolument gagner pour dépendre de nous-même. C'était un match très compliqué pour se relancer car le Mexique a un grand entraîneur et une équipe rugueuse qui sait aussi bien faire tourner le ballon", a analysé Messi après le match. "En première période, on a joué avec beaucoup d'intensité comme il fallait le faire. En seconde période, on s'est calmé et on a commencé à jouer au ballon."

"Vamos Argentina"

"On a joué le match qu'il fallait, on était obligé de le faire. C'était difficile de jouer dans ces conditions. L'équipe a fait un super match. C'est le chemin à suivre. Tous les joueurs de ce groupe sont importants. Il faut se projeter sur le prochain match. Cela ne fait que commencer."

Sur Instagram, Messi a annoncé la suite des festivités. Un choc à vie la à la mort attend le double champion du monde contre la Pologne de Robert Lewandowski. "Une autre finale nous attend mercredi prochain et il va falloir qu'on lutte, tous ensemble... Allez l'Argentine !"

En savoir plus sur gregoire margotton, Denis Brogniart ou Bixente Lizarazu

Vidéos associées

News associées