Coupe du monde 2022 - L'Argentine décroche sa 3e étoile face aux Bleus

COUPE DU MONDE 2022 - L'Argentine a attendu les tirs au but pour se défaire de l'équipe de France en finale du Mondial (3-3, 4-2 aux tab). Malgré un triplé de Kylian Mbappé, Lionel Messi est sacré.

La Coupe du monde 2022 a attendu le bout de la séance de tirs au but pour connaître son vainqueur. L'Argentine, accrochée par l'équipe de France (3-3) au terme d'un match complètement fou, a confirmée qu'elle était beaucoup mieux armée sur les penaltys pour s'imposer au bout du suspense (4-2 aux tab). C'est le troisième titre mondial pour l'Albiceleste, qui digère son échec de 2014.

Toutes les vidéos de la Coupe du monde

On a un temps cru à une victoire sans appel de l'Argentine, à un match très décevant. Lionel Messi sur penalty et Angel Di Maria en contre ont permis à l'Albiceleste de faire le break après seulement 36 minutes. Les Bleus, eux, n'ont pas existé pendant plus de 70 minutes, attendant plus d'une heure de jeu pour frapper pour la première fois. Puis tout a changé, et Kylian Mbappé a débuté son show.

La folie Mbappé puis la froideur des tirs au but

Aidé par les excellentes entrées de Randal Kolo Muani, Marcus Thuram ou encore Eduardo Camavinga, l'attaquant parisien a inscrit un triplé. D'abord deux buts dans les dix dernières minutes du temps règlementaire, sur penalty et d'une magnifique volée. Puis pour répondre au nouveau but de Messi, grâce à un penalty au bout des prolongations. La suite ? Les Bleus n'y étaient clairement pas préparés.

Emiliano Martinez a été décisif au contraire de Hugo Lloris lors des tirs au but, en repoussant le tir au but de Kingsley Coman puis en entrant dans la tête d'Aurélien Tchouaméni, qui a envoyé sa frappe à côté. Gonzalo Montiel a inscrit le penalty libérateur pour envoyer les siens au paradis. Les Bleus devront attendre pour décrocher leur troisième étoile.

Les statistiques d'Argentine - France

13

Entré à la 41e minute, Randal Kolo Muani a remporté 13 duels lors de cette finale, au moins 4 de plus que tout autre joueur. C'est le plus haut total sur une finale de Coupe du Monde depuis Gennaro Gattuso en 2006 (17).

3

L'Argentine a gagné la Coupe du Monde pour la 3e fois (après 1978 et 1986), 36 ans après son dernier titre. Seul l'Italie (44 ans entre 1938 et 1982) avait attendu plus longtemps entre deux Coupes du Monde.

2

2 des 3 séances de tirs au but dans l'histoire des finales de Coupe du Monde ont vu la France s'incliner (2006 v Italie, 2022 v Argentine).

Les réactions (TF1)

Raphaël Varane : "Très déçu, on a tout donné. On a eu à faire face à beaucoup d’obstacles dans la compétition, on s’est battu. Aujourd’hui pendant une heure on était pas dans le match, on s’est battu pour revenir. On aurait pu gagner. On est très fiers d’être Français. On est revenus alors qu’on n’était pas dedans, ensuite physiquement on était mieux qu’eux, on a poussé, on y croyait, on n’était pas loin de renverser le match. Un parcours sinueux mais une force mentale dans ce groupe, beaucoup de cœur."

Hugo Lloris : "On a été trop à réaction dans cette finale. C’était presque un match de boxe. Le regret c’est d’avoir complètement raté notre première mi-temps. C’est toujours cruel d’être du mauvais côté mais on aura tout donné du début à la fin. On sort vidés, ça fait presque un mois de compétition, et cette finale… On aurait pu lâcher. Quand ça ne veut pas sourire, cette occasion à la 120e qui aurait pu nous faire basculer à 4-3. Présent à l’Euro ? Ce n’est pas le moment de répondre à ces questions. C’est une soirée douloureuse pour tout le monde. On prendra un peu de recul."

Didier Deschamps : "On n'a pas fait ce qu'il fallait pendant pratiquement une heure. Après avec beaucoup de courage et de qualité, on les a poussés dans les derniers retranchements. Après ça se joue à quoi, une occasion à la 120e minute, une frappe sur le pied. On n'a pas tout bien fait mais il y a eu beaucoup de cœur, d'énergie. On revient de nulle part. Quand on touche quelque chose et que ça nous échappe, c'est encore plus difficile à digérer. J'ai fait des changements tôt parce que je n'ai pas aimé ce que je voyais. C'est dur sur le moment, la déception est énorme. On a eu un avant et un pendant pas des plus faciles. Mais ce ne sont pas des excuses. Cela a été un bonheur de partager ça avec les joueurs et le staff. Si je vais continuer ? Si cela s'était bien passé je ne vous aurais pas donné la réponse non plus. Ce soir, je n'ai pas envie de parler de cela. "

En savoir plus sur gregoire margotton, Bixente Lizarazu ou Denis Brogniart

Vidéos associées

News associées