Arbitrage vidéo : à peine instaurée, la VAR déjà critiquée

Voir le site 15 JUILLET 2018 : La France en bleu

000 16627V
Par La rédaction|Ecrit pour TF1|2018-06-22T15:53:49.748Z, mis à jour 2018-06-22T15:54:42.907Z

C'est la principale nouveauté de cette Coupe du Monde 2018, mais, à peine installée, la VAR essuie déjà de nombreuses critiques.

En tant que Français, on pourrait trouver que l'arbitrage vidéo est une bonne chose. Après tout, c'est grâce à lui que les Bleus ont obtenu un penalty face à l'Australie, pour leur entrée dans cette Coupe du Monde 2018. Mais c'est loin d'être le cas de tous les pays engagés. Quelques nations, même certaines qui en ont aussi bénéficié, ont d'ailleurs un avis assez tranché sur la question. 

>> Et si la VAR avait toujours existé ?

Le Brésil conteste, le Danemark râle, l'Australie philosophe... 

Pas plus tard que lundi, la fédé brésilienne a ainsi adressé une lettre à la FIFA pour protester contre l'arbitrage de César Arturo Ramos lors de Brésil-Suisse. L'instance s'y plaint d'une poussette du buteur helvète Zuber sur Miranda lors de l'égalisation. Un geste qui n'a pas été visionné par l'arbitre. Réponse de la FIFA : "le niveau d'arbitrage est remarquable et aucune sélection ne peut se sentir lésée à l'issue des premiers matchs, avec la VAR". 

Jeudi également, alors que la VAR a été favorable à l'Australie, son sélectionneur Bert van Marwijk râlait : "Tout le monde parle de vidéo arbitrage, je n'ai pas d'influence là-dessus, je ne veux plus y penser, ça tourne des fois en votre faveur, d'autres fois contre vous." S'il n'a pas crié au scandale, reconnaissant qu'il y avait bien une main de Yussuf Poulsen entraînant le penalty australien, son homologue danois Age Hareide estimait, lui, que les rencontre pouvaient perdre de leur saveur : "C'est contre nous pour la deuxième fois (un penalty, finalement raté par Cueva, avait été accordé au Pérou lors du premier match, dans ce cas-là la décision est justifiée, mais ça tue un peu le charme du foot." 

"Qui décide ?"

Puis de se demander : "D'autres situations auraient dû être arrêtées et jugées. Le problème avec la VAR c'est que des gens quelque part en Russie décident comment juger cette situation. Qui décide ? L'arbitre sur le terrain ou quelqu'un d'autre devant un écran ?" Des interrogations qui pourraient bien virer à la polémique. Christian Eriksen, l'attaquant danois, reconnait "ne pas aimer" ce système : "Ça fait deux matches d'affilée que c'est contre nous. (...) Si vous voulez la vidéo, il faut l'utiliser aussi pour les coups francs."

>> La Coupe du monde 2018, déjà une affaire de coups de pied arrêtés

Jusqu'à présent, trois penaltys ont été sifflé après assistance vidéo : outre l'Australie, la France et la Suède ont également profité de ce petit coup de pouce technologique. Ce vendredi, situation inverse : durant Brésil-Costa Rica, après avoir sifflé un penalty pour le Brésil, l'arbitre a fait appel à la VAR... pour le refuser en raison d'une simulation. Une première dans ce Mondial. 

Les arbitres plutôt séduits par leur nouvel outil

Parmi les premiers concernés par cette petite révolution, les arbitres assurent que leur nouvel outil est un atout. "La VAR peut être notre meilleure amie. Il n'est plus possible de faire d'erreur cruciale. Si je suis corrigé, c'est une aide", a ainsi assuré le Néerlandais Bjorn Kuipers à l'AFP.  "Les joueurs sont tellement préparés, ça va tellement vite, que maintenant on peut se dire : 'Si vraiment j'ai un doute, je laisse partir le joueur et s'il marque, on vérifiera la vidéo'. Ça enlève de la pression", a pour sa part expliqué Cyril Gringore, assistant de Clément Turpin, seul arbitre français de cette Coupe du Monde. 

>> Au sifflet d'Uruguay-Arabie saoudite, Clément Turpin fait ses débuts en Coupe du monde

Pour rappel, l'arbitrage vidéo, grand pari du patron de la FIFA, Gianni Infantino, est utilisé dans quatre cas de figure : valider un but marqué, sur une situation de penalty, pour un carton rouge direct ou en cas d'erreur sur l'identité d'un joueur averti ou exclu. 

en savoir plus : Coupe du Monde 2018 : Danemark - France, Equipe d'Australie de Football, Equipe du Danemark de Football