Danemark-France : Steve Mandanda, le moment ou jamais

Voir le site Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

gardiens bleus russie mandanda
Par Hamza HIZZIR|Ecrit pour TF1|2018-06-26T10:15:40.068Z, mis à jour 2018-06-26T10:17:47.760Z

Le gardien et capitaine de l'équipe de France, Hugo Lloris, soufflera ce mardi au profit de Steve Mandanda, titulaire face au Danemark. Le portier de l’OM, âgé de 33 ans, attendait cela depuis dix ans, et sait que ce sera probablement l’unique match de Coupe du monde de sa carrière.

Au moment de griffonner les noms des probables Bleus titulaires contre le Danemark, les journalistes ayant espionné la mise en place tactique censée restée secrète n’avaient pas vu le coup venir dimanche : s’ils avaient tout juste concernant les dix joueurs de champ, tous avaient inscrit le nom d’Hugo Lloris au poste de gardien. Et c’est en voyant débarquer Raphaël Varane, en tant que capitaine, à la conférence de presse de lundi qu’ils ont finalement compris que l’habituel titulaire dans les cages ne jouerait pas. Place, donc, à Steve Mandanda. Une grande première. 

En effet, depuis le début de son mandat de sélectionneur en 2012, Didier Deschamps n’avait jamais inclus le gardien dans la rotation habituelle de son effectif lors du 3e match de la phase de groupes d’une grande compétition. Comme ses prédécesseurs, Raymond Domenech et Laurent Blanc. Du coup, le Marseillais, dont la dernière titularisation dans les cages tricolores remonte au 1er match de préparation de ce Mondial (face à la République d'Irlande, le 28 mai dernier) est irrémédiablement resté sur le banc lors des Euros 2008, 2012 et 2016, ainsi qu’à la Coupe du monde 2010. Et en 2014, une grave blessure aux cervicales contractée quelques semaines avant l’épreuve lui avait fait manqué le séjour au Brésil...  

"Je ne prends pas trop de place parce qu'Hugo Lloris est capitaine"

Aujourd’hui âgé de 33 ans, Steve Mandanda (27 sélections) n’ignore donc pas que l’opportunité qui s’offre à lui ce mardi est celle de toute une carrière, voire de toute une vie. En sachant pertinemment que, sauf blessure ou suspension, lui n’a aucune chance de gagner sa place de titulaire sur cette rencontre. "La chance que j'ai, c'est que ça fait une dizaine d'années que je suis dans ce groupe France, disait-il fin mai à Clairefontaine. J'ai été n° 1 (quelques mois, fin 2008, ndlr), là je suis n°2. Je connais mon poste. Je pense être respecté au sein du groupe, mais je ne prends pas trop de place non plus, parce qu'Hugo est capitaine. Mon rôle est de faire attention que tout se passe bien au sein du groupe."

Ce rôle en dehors du terrain est, de l’avis de tous, fondamental à l’échelle du vestiaire des Bleus. Comme a tenu à le rappeler, lundi, Raphaël Varane : "Steve fait l’unanimité par sa personnalité et sa façon de nous parler. C’est un ancien, un joueur vers lequel on se tourne lorsqu’il y a un souci. Quelqu’un de posé, de calme, de fiable, et d’écouté. On sait qu’on peut compter sur lui. C’est difficile de dire ce qu’il ressent quand il ne joue pas. Il n'en parle pas. Il y a eu la concurrence, les blessures. Dans le foot de haut niveau, il n’y a de cadeau pour personne." Sauf ce mardi, donc.




en savoir plus : Coupe du Monde 2018 : Danemark - France