D'Everton au dernier carré de la Coupe du monde, l’étrange destin de monsieur Neville

D'Everton au dernier carré de la Coupe du monde, l’étrange destin de monsieur Neville
COUPE DU MONDE 2019 – Six ans après avoir mis fin à sa carrière, Phil Neville est en passe d’avoir réussi son projet de reconversion comme entraîneur. Récit en deux parties d'un parcours fou.

Phil, l'autre Neville

Phil Neville, le moins bon des deux frères, l’autre Neville. C’est avec ces mots dans l’ensemble dédaigneux qu’on a toujours résumé Phil Neville. Le frère cadet de Gary a en effet toujours vécu dans l’ombre de son frère, quelque soit la période de sa vie. Être un Neville, c’est en quelque sorte sa malédiction. En 2091, la donne a changé, car sous ses grands airs, Phil Neville est une personne trop attachante pour ne pas laisser insensible. Phil c'est l'opposé de Gary et c'est sa force.

Défenseur de référence à Manchester United et en équipe d’Angleterre pendant plus de quinze ans, avant de devenir le consultant le plus pointu du Royaume aux côtés de Jamie Carragher chez Sky Sports après sa carrière, Gary a toujours fait les choses en bon aîné de fratrie. Phil a lui toujours vécu dans l’ombre. C’était dans l’ordre naturel des choses. Même s’il s’est s’émancipé pendant sa carrière de joueur en allant à Everton, Phil est toujours resté Phil dans les esprits. Celui qui faisait les choses après et moins bien que le grand frère.

Tout a changé en 2015. En se mouillant la nuque, avant de se lancer dans l’enfer du coaching, Phil Neville a embrassé sa destinée, celle de devenir un entraîneur. Un technicien reconnu pour ses qualités et non en sa qualité de "Neville". Après quatre ans dans le milieu, avec plus de bas que de hauts, le petit frère est en train de se faire un nom dans un monde où personne ne l'attendait réellement.

Phil, le business man

La Class of 92 est dans la place. "Business men" en puissance, les héros du célèbre documentaire sur la génération dorée de Manchester United - Paul Scholes, Ryan Giggs, Nicky Butt, Gary Neville, Phil Neville – décident de se lancer dans le management d’un club qui n’est pas Manchester United en 2014. Le Manchester United de leur époque n’existe plus depuis la prise de pouvoir de la famille Glazer en 2005. L’herbe est en effet toujours plus verte ailleurs.

Associés avec le milliardaire singapourien, Peter Lim, qui deviendra la même année actionnaire majoritaire et propriétaire du Valencia Club de Fútbol, les hommes en rouge mettent des billes dans le club de football de Salford, une ville située dans la banlieue Nord-Ouest de Manchester. Lim prend 50% et devient actionnaire principal, les cinq hommes prennent chacun 10%. Le club de football, né Salford central en 1940 et militant des divisions régionales, n’est qu’une petite pièce au milieu d’un business plan beaucoup vaste.

Tout ce petit monde s’est déjà entendu pour faire affaires dans l’hôtellerie. En 2014, le chantier de l’hôtel football, un vaste bâtiment situé juste en face d’Old Trafford est mis sur pied. Son adresse - Old Trafford, 99 Sir Matt Busby Way – laisse peu de place au doute. Ça pue le Manchester United à plein nez. Grand amoureux de des Red Devils, Peter Lim voulait arriver en Europe et dans le football d’une manière dérivée. Ce projet en est l'occasion rêvée.

Avec une vue imprenable sur Old Trafford, l’hôtel des anciennes gloires reprend lui le principe du "Planet Hollywood", mais à la sauce football. Des objets de collection de la Class of 92 ornent la décoration, des packs football sont proposés (une ou plusieurs nuits à l’hôtel accompagnées d’une visite d’Old trafford et du musée de MUFC) et un terrain de five a été construit sur le toit.

Pour la Coupe du monde 2019, l’établissement qui a coûté 24 millions de livres sterling propose même des menus spéciaux concoctés par la branche restauration de l’hôtel – le Café Football Old Trafford – en compagnie du chef Phil Neville. Quatre ans après sa mise en circulation, l'hôtel football fonctionne et plaît.

2015, l'année du déclic

Après quelques mois en tant que copropriétaire, Neville va mettre les mains dans le cambouis et faire le grand saut vers le métier de technicien. Mais celui de n°1. Critiqué pour ses commentaires soporifiques, un peu moqué pour sa maladresse verbale, le cadet des Neville rechausse ses crampons pour diriger son club.

Il n’est pas seul dans mission, puisque Paul Scholes l’accompagne. Les deux hommes remplacent le duo Phil Power / Dave Chadwick, chassés du club après une défaite face à Droylsden. Divergences, chute au classement, les deux hommes sont sacrifiés dès le mois de janvier.

Salford City sera la première expérience de terrain de Neville. Et elle ne durera qu’un petit match gagné 2-1 contre Kendal Town. Le but ici était juste de dépanner, pas de s'engager. Mais cette courte expérience sera le véritable début de sa carrière de technicien.

Avant cela, Neville avait tenté plusieurs expériences dans des staff techniques. Ces premiers pas sur les bords terrains ont lieu dès 2013. Il intègre cette année-là le staff de Stuart Pearce chez les espoirs anglais, quelques semaines après la fin de sa carrière professionnelle en mai 2013. Une expérience courte et sans intérêt aucun.

Le grand retour à Old Trafford

Après le zéro pointé des Three Lions en Israël, Neville va être contacté par David Moyes pour intégrer son staff technique aux commandes de… Manchester United. Accompagné par Ryan Giggs qui va remplir un double rôle de technicien-joueur, Neville fonce tête baissé vers ce nouveau challenge aux côtés de son ancien manager chez les Toffees.

"Quand David m’a appelé pour me donner cette opportunité, je n’ai pas pu dire non", a expliqué Neville. "J’ai donné tout ce que j’avais quand j’ai évolué sous les couleurs d’Everton. Mais ce n’est un secret pour personne, le club de mon cœur est Manchester United. J’ai adoré évoluer comme joueur avec David et son staff. Je pense qu’avec lui et avec Ryan, on va apporter quelque chose à Manchester United."

L'histoire dira que la succession de Sir Alex Ferguson sera une charge trop lourde à porter. Mais l'idée de continuer d'entraîner a déjà bien germé dans l'esprit de Phil. La suite se fera à Salford. Puis en juillet 2015, il prendra la direction de Valence et de l'Espagne. La cité méditerranéenne va changer sa vie.

Alexandre Coiquil

Phill Neville Fran Kirby

Vidéos associées

News associées