Diacre avant France-Etats-Unis : "Les filles sont au taquet"

Diacre avant France-Etats-Unis : "Les filles sont au taquet"
COUPE DU MONDE 2019 - Interrogée en conférence de presse à la veille de du quart de finale France-Etats-Unis, Corinne Diacre a voulu rester terre-à-terre concernant ce choc à part.

Sur France-Etats-Unis

"C'était le match attendu, ça y est, on y est. On a toujours le même état d'esprit. On a bien travaillé, comme pour les autres matchs. On s'est bien reposées. Pour ma part, j'ai toujours le même état d'esprit: on a bien travaillé, on a préparé ce match comme les autres."

"Il y a beaucoup de sérénité. L'excitation peut être dangereuse, surtout si elle n'est pas maîtrisée. Je préfère rester concentrée sur notre objectif, notre mission. L'excitation peut faire perdre de l'énergie. On essaie de se préserver."

Sur la motivation de son groupe

"Les filles sont au taquet, s'il y a bien un levier sur lequel je ne vais pas intervenir, c'est sur la motivation. Les joueuses sont dedans. Jouer les Etats-Unis, c'est juste énorme, c'est l'équipe la plus titrée, moi je vais être tranquille demain. Il ne faut surtout pas que l'enjeu dépasse le jeu."

"Quand on joue les Etats-Unis, on n'a pas de pression. On ne peut pas en avoir, ce n'est pas possible. Au contraire, c'est une motivation supplémentaire. On va affronter la meilleure équipe du monde. Faire un bon match, c'est la seule pression qu'on a."

Sur le passé négatif des Bleues en compétition face à Team USA

"On a ces défaites en quart de finale qui nous suivent depuis un moment. Cela pourrait nous suivre demain… On a des choses à prouver, on sait depuis le début qu'on n'est pas parfaites. Est-ce qu'on le sera demain ? On tend vers ça."

"Cela fait plus de six mois qu'on observe les Américaines. Il y a quelques failles comme dans toutes les équipes. On les connaît très bien, on a relevé des choses. Il faudra simplement que les joueuses puissent s'exprimer."

Sur le match amical gagné en janvier

"On ne s'est pas appuyé sur ce match parce que c'est un autre contexte. C'était en janvier, en pleine préparation. Les Américaines venaient tout juste de se rassembler, nous nous étions en plein championnat."

"On ne peut pas comparer. Mais ce jour-là, on les a quand même battues. Cela doit être une force de se dire que rien n'est impossible. Si on est capable de faire les choses une fois, on peut les répéter."

Sur le système de jeu

"Ce n’est pas le système qui compte, mais l’animation. Contre le Brésil, j’étais passé au 4-4-2 pour avoir plus de profondeur devant avec Kadidiatou Diani, et pour profiter de la vitesse de Viviane Asseyi. Mon idée est de choisir une équipe à la fois en fonction de nos propres forces et de celles de l’adversaire."

"C'est un plan de jeu que l'on définira avec mes joueuses, ce soir lors de notre dernier entraînement. On ne va pas dévoiler nos intentions, bien évidemment et on va essayer de garder ça pour nous au maximum pour surprendre les Américaines."

Vidéos associées

News associées