Dans l'actualité récente

Sidibé et Umtiti incertains, Deschamps va-t-il chambouler sa défense contre l’Australie ?

Voir le site 15 JUILLET 2018 : La France en bleu

Football - Matchs Equipe de France - Mendy et Sidibé ont-ils rassuré ? L'analyse de Lizarazu
Par Hamza HIZZIR|Ecrit pour TF1|2018-06-12T10:19:48.799Z, mis à jour 2018-06-12T10:23:29.130Z

À quatre jours de France-Australie, entrée en lice des Bleus dans la Coupe du monde 2018, les cas de Djibril Sidibé et Samuel Umtiti inquiètent Didier Deschamps. Qui pourrait revoir ses plans.

La Coupe du monde en Russie (14 juin-15 juillet) n’a pas encore commencé que, déjà, des nuages semblent assombrir l’horizon des Bleus. Didier Deschamps, le sélectionneur, pensait tenir sa défense type avec le quatuor Mendy-Umtiti-Varane-Sidibé, le voici contraint d’envisager de se passer d’au moins deux de ces défenseurs lors du premier match de l’équipe de France, contre l’Australie samedi (sur TF1 à midi, heure française).

En effet, Samuel Umtiti et Djibril Sidibé n’ont pas pu participer à la séance d’entraînement de dimanche, à Istra, en raison de douleurs au genou. Le premier traîne ce souci depuis plusieurs mois et avait encore dû passer par la case infirmerie à Barcelone début mai. Le second avait, lui, carrément failli rater le Mondial à cause d’une lésion à un ménisque qui avait parasité sa fin de saison avec Monaco. Samedi dernier, face aux États-Unis, les deux hommes sont une nouvelle fois apparus particulièrement à la peine.

Les doublures en embuscade


À ces deux cas s’ajoute celui de Benjamin Mendy, revenu d’une très longue blessure seulement en avril, et qui ne présente "bien évidemment" pas (dixit le sélectionneur dimanche en conférence de presse) toutes les garanties physiques pour répondre aux exigences d’un match de Coupe du monde. L’arrière gauche de Manchester City n’a débuté que deux matchs de préparation sans en terminer un seul. Et il est donc loin d’être admis qu’il sera titulaire dimanche.

En parallèle, les deux doublures aux postes de latéraux, Lucas Hernandez et Benjamin Pavard, se sont, eux, montré bien plus convaincants lors des derniers matchs amicaux. Le premier, en pleine bourre dans la foulée de sa saison XXL avec l’Atlético de Madrid, s’est illustré par des grands ponts et des frappes lointaines, quand le second, toujours impeccable défensivement, est même directement impliqué dans deux buts récents, avec deux passes décisives contre l’Italie et les États-Unis.

Au regard de ce constat, forcément, Didier Deschamps hésite. Et s’il n’en est pas encore au point où ces tracas l’empêchent de dormir, le sélectionneur, toujours soucieux de maintenir ses joueurs dans une certaine stabilité, et qui considère que son "boulot est de rester le plus lucide possible", se retrouve tout de même face un dilemme : doit-il en rester à ses plans initiaux, quitte à s’exposer aux trous d’air aperçus samedi dernier, ou les revoir au tout dernier moment ? C’est tout l'enjeu de la semaine qui débute, et la réflexion qui agitera les esprits tricolores jusqu’à l’Australie, samedi (à 12 heures, sur TF1).


en savoir plus : Equipe de France de Football