France-Belgique (1-0) : oui, Raphaël Varane se rapproche à grands pas du Ballon d’or

Voir le site Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

Varane Bleus
Par Hamza HIZZIR|Ecrit pour TF1|2018-07-10T22:38:35.770Z, mis à jour 2018-07-10T22:38:36.852Z

Encore auteur d’une prestation XXL ce mardi en demi-finale de la Coupe du monde face à la Belgique (1-0), Raphaël Varane, bien que défenseur, devient un candidat crédible à la plus prestigieuse des récompenses individuelles.

L’euphorie n’était pas encore retombée ce mardi soir quand Denis Brogniart, depuis le plateau du Mag de TF1, a parlé à Kylian Mbappé du Ballon d’or. Réponse du tac au tac : "Je m’en contrefiche de ça, je veux la Coupe du monde moi, le Ballon d’or ce n’est pas mon problème !" 


Ce n’est sans doute pas non plus celui de Raphaël Varane, lui aussi finaliste de la Coupe du monde 2018 après la victoire (1-0) des Bleus face à la Belgique. Sauf que le défenseur du Real Madrid, vainqueur de la Ligue des champions avant le début du Mondial, devient, lui, un candidat toujours plus crédible à la plus prestigieuse des récompenses individuelles. 

Bien sûr, il faudra au préalable l’emporter dimanche, contre l’Angleterre ou la Croatie, en finale. Et peut-être que Varane suivra, à son tour, la voie tracée en 2006 par l’Italien Fabio Cannavaro, dernier défenseur à avoir gagné ce trophée généralement réservé aux attaquants. Parce qu’à cette époque, Cristiano Ronaldo et Lionel Messi n’affolaient pas encore les compteurs statistiques, et que le palmarès faisait alors office de premier argument. 

Cette saison, le cas de figure est comparable, puisque le rendement de Ronaldo a chuté. Varane, lui, n’a pas de comptes statistiques à rendre à son poste et a pour lui d’avoir survolé la 2e partie de saison depuis sa charnière. Surtout, il n’est plus qu’à un match de pouvoir ajouter une Coupe du monde à la Ligue des champions qu’il a déjà remportée, ce qui fait de lui le dernier joueur sur cette planète, avec le Croate Luka Modric, à se trouver en position de remporter les deux trophées majeurs de 2018.

"Il s'affirme de plus en plus", s'enthousiasme Hugo Lloris

Buteur face à l’Uruguay en quart de finale (Cannavaro n’avait, lui, pas marqué en 2006), Varane a encore crevé l’écran en demi-finale ce mardi, mais dans son domaine de prédilection. Toujours serein, imbattable dans les airs comme au sol, altérant puissance et finesse technique sans le moindre déchet dans la relance, le défenseur a été monstrueux, anéantissant l’attaque belge et donnant confiance à ses partenaires par ses seules interventions. 

Aux premières loges pour constater l’immense abattage de son partenaire, le gardien Hugo Lloris s’est ainsi enflammé pour le Madrilène lundi en conférence de presse : "Le but face à l’Uruguay récompense tout le travail qu’il fait depuis le début. Il a également beaucoup de confiance après sa saison au Real Madrid et sa nouvelle victoire en Ligue des champions. Il s’affirme de plus en plus, je n’ai que des éloges à faire sur lui. Il est très appliqué et très sérieux dans son travail. C’est le leader de la défense, il joue également avec sa tête, il est toujours bien placé, il a un bon timing et est très bon dans le domaine aérien. Et il est de plus en plus agressif dans les duels."

L’intéressé, lui, décrivait ainsi sa montée en puissance le 5 juin à Clairefontaine : "J'essaie de toujours m'améliorer. Les Bleus, c'est l'occasion de montrer aussi mon évolution en club. La sélection, c'est énorme à nos yeux. Il faut réussir à être aussi performant qu'en club, où je reste sur quatre victoires en Ligue des champions en cinq ans. Je n'ai rien remporté en bleu, c'est une motivation supplémentaire. On sait de quoi je suis capable. A moi de le montrer en sélection." Le Ballon d’or ? "Ce n'est pas un objectif. Je ne suis pas un joueur mis en lumière. Je n’y pense pas. C'est une récompense individuelle, moi je pense au collectif. " Cannavaro ne devait pas dire autre chose.


en savoir plus : Coupe du Monde 2018 : France - Belgique