France-Belgique : carte, latte, vareuse... Révisez les belgicismes utilisés dans le foot

Voir le site 15 JUILLET 2018 : La France en bleu

Eden Hazard Brésil Belgique
Par La rédaction|Ecrit pour TF1|2018-07-10T12:14:41.533Z, mis à jour 2018-07-10T12:14:48.091Z

Dans les interviews d’après-match, vous entendrez peut-être les joueurs belges parler de "carte jaune", de "petit rectangle" ou de "latte". Pour savoir de quoi ils parlent, lisez la suite.

Les Belges possèdent leur propre lexique pour parler de football. Influencé par le français, l’une des langues officielles du pays, et l’anglais, cela donne des belgicismes dont nous vous décryptons le sens ci-dessous. 

>>> Lloris-Courtois : le (vrai) duel au sommet de France-Belgique

>>> La France affrontera la Belgique en demi-finale : quel bilan face aux Diables rouges ?

Carte jaune / carte rouge : il s’agit tout simplement d’un carton jaune / carton rouge 

Referee ou ref : l’arbitre. Il s’agit en fait du mot anglais et de son diminutif 

Coup de coin : corner. L’expression était notamment utilisée par Jean-Michel Larqué lorsqu’il commentait les matches sur TF1.

La latte : la barre transversale 

Un shot : un tir. Là aussi, il s’agit du mot anglais 

Un back droit / gauche : un latéral droit / gauche. Mélange d’anglais – back signifie arrière – et de français.  

Le petit rectangle : il s’agit des six mètres. Le grand rectangle désigne la surface de réparation 

Un coup de réparation / un coup de pied de réparation : un penalty 

Un goal : si en français cela désigne le gardien de but, les Belges l’utilisent pour parler d’un but. Un autogoal est donc un but contre son camp 

Un keeper : un gardien de but 

La reconversion offensive : la contre-attaque, l’attaque rapide 

Une vareuse : un maillot 

Tirer sur le piquet : tirer sur le poteau 


en savoir plus : Equipe de Belgique de Football