Eden Hazard vu par... Rio Mavuba : "Il n'a qu'une idée en tête, éliminer la France"

Voir le site 15 JUILLET 2018 : La France en bleu

Belgique Brésil Eden Hazard
Par Yohan ROBLIN|Ecrit pour TF1|2018-07-10T13:18:34.929Z, mis à jour 2018-07-12T14:26:56.952Z

Bourreau de la Seleção, Eden Hazard sera le danger numéro 1 contre la France ce mardi 10 juillet (à 20h en direct sur TF1). À l'heure de retrouver les Bleus, son ami et ancien coéquipier à Lille Rio Mavuba revient pour TF1 sur les premiers pas d'Eden Hazard au Losc, son évolution avec la Belgique et la demie à venir face à son pays d'adoption. Entretien.

Eden Hazard, ce sont ceux qui le connaissent qui en parlent le mieux. Coéquipiers à Lille entre 2008 et 2012, le capitaine de la Belgique a noué une amitié forte avec Rio Mavuba. L'ancien milieu du Losc et de l'équipe de France, à qui il reste deux ans de contrat au Sparta Prague mais n'écarte pas un retour en France dans un futur plus ou moins proche, a longtemps joué le rôle de grand frère auprès de l'enfant de La Louvière. Il est l'une des personnes qui a le plus compté dans le développement de la star des Diables rouges

Joint par TF1, Rio Mavuba a accepté de parler de "son pote" Eden Hazard avant la demi-finale de Coupe du monde entre la France et la Belgique ce mardi 10 juillet (à 20h en direct sur TF1 et en live commenté sur LCI).

>>> Et maintenant, un arbitre uruguayen pour la demie France-Belgique

>>> Comment la Belgique, privée de Meunier, va jouer contre la France ?


"Dès le premier entraînement, j'ai vu qui était Eden"


TF1 : Vous avez joué avec Eden Hazard à Lille. Qu'avez-vous pensé lorsque vous l'avez rencontré ?

Rio MAVUBA :
Je venais de signer à Lille. Je me souviens avoir déjeuné avec Claude Puel (le coach du Losc, ndlr). À table, il m'a dit : "Tu verras, on a deux jeunes de 16-17 ans qui vont venir s'entraîner avec nous, ce sont deux phénomènes". C'étaient Eden Hazard et Yannis Salibur, son pote du centre de formation. Dès le premier entraînement, j'ai vu qui était Eden. Il avait déjà les qualités qu'on lui connaît. Il était déjà très mature dans son jeu. Ce qu'il arrive à reproduire au très haut niveau, c'est ce qu'il fait depuis tout jeune. C'est un joueur facile techniquement, doté d'une vision de jeu avec toujours une pensée pour le collectif. Au début, c'était quelqu'un de timide. Mais, quand il a pris du poids de l'équipe, il s'est ouvert à nous. Il est chambreur, mature et posé. 

TF1 : Vous l'avez pris sous votre aile. Un amitié s'est nouée. Qu'est-ce qui vous a rapproché ?

Rio MAVUBA :
 Quand on s'est rencontré, on n'avait pas les mêmes centres d'intérêts. Sur le terrain, ma mission c'était de le protéger. J'étais souvent derrière lui, parce qu'il jouait haut dans les couloirs ou en numéro 10. Il prenait déjà beaucoup de coups. Quand tu as un joueur comme ça, qui te fait gagner l'équipe ou peut te la faire gagner à tout moment, forcément tu fais tout pour le défendre. Eden est un garçon adorable. On ne peut que l'apprécier. C'est aussi l'une des personnes qui s'est le plus engagée pour ma cause caritative (Les Orphelins de Makala). Il m'a montré qu'il avait du talent également en tant qu'homme. C'est comme ça que notre amitié s'est construite. Je ne suis pas au téléphone tous les jours avec lui, mais il y a toujours ce respect mutuel entre nous. 

TF1 : Eden Hazard est aujourd'hui capitaine de la Belgique. Avait-il déjà cet âme de leader ?

Rio MAVUBA :
Il était quand même très jeune (17 ans, ndlr). C'était notre leader technique, mais pour prendre la parole, c'était un peu plus compliqué. Il y avait beaucoup de joueurs plus âgés dans l'effectif qui étaient là pour assurer ce rôle. Lui, il nous faisait gagner les matches, il se faisait plaisir sur le terrain, il faisait plaisir à l'équipe et c'était déjà très bien. Mais il est vrai que, vers la fin, il commençait à plus s'imposer et à dire deux trois trucs. Eden aime bien mettre en confiance. Il parlait pas mal aux jeunes qui arrivaient dans le groupe. Je ne sais pas s'il a appris de moi (rires). Il m'a vu à l'oeuvre pendant un moment et j'espère que ça a pu l'influencer et l'aider à diriger son équipe. Après il faut quand même qu'il y aille doucement contre l'équipe de France (rires) !

>>> Au fait, pourquoi les Belges sont-ils surnommés les Diables rouges ?

>>> Thorgan et Eden Hazard avec le maillot bleu de Zidane


"Avec De Bruyne, ils font un super duo"


TF1 : Qu'est-ce qui a changé chez lui par rapport à l'Eden de l'Euro 2016 ? 

Rio MAVUBA : Je pense qu'il arrive à un âge aussi où il prend conscience que c'est maintenant que ça doit se passer. Même s'il est est encore jeune (27 ans, ndlr), et qu'il disputera encore une autre Coupe du monde, il est au pic de sa forme. C'est le meilleur âge pour essayer de dominer le monde du football. Peut-être qu'il sait aussi que l'on entre dans une ère où Cristiano Ronaldo et Lionel Messi vont lentement commencer à décliner. Le temps est venu pour d'autres de reprendre le flambeau. Je pense à lui, mais aussi à Neymar et à d'autres qui vont se révéler derrière. Eden est en pleine possession de ses moyens. Et puis, le groupe belge arrive aussi à maturité. Tout ça réuni, ça fait qu'on a un meilleur Eden et il est mieux entouré que les années précédentes.

TF1 : Parlons-en. Cette année, Eden Hazard semble libéré par Kevin De Bruyne. Il n'a plus à porter tout le poids de la sélection sur ses épaules. Comment évaluez-vous leur association ? 

Rio MAVUBA : Je pense que Kevin est important pour lui. Ce nouveau sélectionneur (Roberto Martinez, ndlr) leur a fait comprendre à tous les deux qu'ils étaient complémentaires. En 2014 puis en 2016, c'était le sempiternel débat pour savoir était le leader entre les deux. Là, sur cette Coupe du monde, on voit clairement que le capitaine c'est Eden et que De Bruyne l'a bien ancré dans sa tête. Aujourd'hui, ils forment un super duo. Ça y fait. A l'époque, il devait y avoir pas mal de petits problèmes. Aujourd'hui, tout est résolu et l'équipe se comporte mieux. 

TF1 : Lors du quart contre le Brésil (2-1), certains commentateurs ont comparé sa performance à celle de Zinedine Zidane en 2006. Comment jugez-vous son évolution sur le Mondial ?

Rio MAVUBA :
Je vois ce qu'ils ont voulu tout dire, toute proportion gardée. Sur ce match-là, il a eu des accélérations fulgurantes et des dribbles impressionnants, notamment en deuxième période. Quand ils étaient tous crevés, il arrivait encore à avoir ce coup d'accélérateur. C'était assez flagrant à l'écran. Après sur son Mondial, même s'il est à deux buts et deux passes décisives, je dirais que la petite différence entre Eden et Cristiano ou Messi, c'est qu'il n'est pas obsédé par le but. Je pense qu'il préfère faire une passe décisive plutôt que de marquer. Je l'ai vu à l'oeuvre à Lille. Les moments où il pouvait frapper, il faisait la passe. On l'a vu aussi contre le Brésil. À un moment, il percute et au lieu de frapper, il décale le jeu avec une passe. Ce sont des trucs qu'il a en lui. Je pense que les gens, quand ils paient leurs places pour aller au stade, c'est pour voir de tels joueurs. Et je suis sûr qu'avec le talent qu'il a, si son équipe remporte la Coupe du monde, il sera forcément reconnu comme le meilleur joueur.

TF1 : Pensez-vous que la présence de Thierry Henry l'aide aussi à s'émanciper ?

Rio MAVUBA : Tout le monde connait la carrière que Thierry a faite. Il a gagné partout où il est passé. Avoir des joueurs comme ça, avec de l'expérience et le bon mot pour le mettre en confiance, ça doit avoir son importance.


>>> VIDÉO. Eden Hazard : "Thierry Henry nous apporte beaucoup"



"Quoi qu'il arrive, je sais pour qui je serai en finale" 


TF1 : Avez-vous des conseils à donner aux Bleus pour stopper Eden Hazard ? 

Rio MAVUBA : Je n'ai pas de conseils à leur donner. Ils l'ont très bien fait avec Lionel Messi ou les autres. Aujourd'hui, balle au pied, Eden est plus percutant qu'un Messi. La solution ne peut être que collective. Il ne faudra pas laisser Pavard en un contre un avec lui. Benjamin peut très bien s'en sortir mais ça peut aussi être compliqué. Il va lui falloir le soutien de Varane et peut-être d'un milieu défensif, Kanté ou Pogba, pour l'encercler.

TF1 : Ce mardi, il va affronter la France, son pays d'adoption. Dans quel état d'esprit sera-t-il ? 

Rio MAVUBA : Il va être focus sur son match. Il n'a qu'une idée en tête : éliminer la France. C'est le pays qui l'a révélé, il a été élu meilleur Espoir à deux reprises et deux fois meilleur joueur. L'Europe l'a découvert grâce à ses performances avec le Losc. Depuis qu'il est parti à Chelsea (en 2012, ndlr), il a souvent été critiqué. On dit qu'il n'est jamais présent dans les grands matches, etc. Inconsciemment, il aura envie de leur montrer qu'ils ont tort. Il n'a pas fait de grandes performances en Europe, mais il n'a pas pu compter sur le meilleur effectif pour l'aider.

TF1 : Pour finir, je vais vous demander de vous mouiller. Votre prono pour France-Belgique ?

Rio MAVUBA : Je dirai 2-1 pour la France. Désolé Eden... (rires) Il sait que je suis Français. Quoi qu'il arrive, je sais pour qui je serai en finale. J'espère que l'équipe de France ira jusqu'au bout. 


Propos recueillis par Yohan ROBLIN


>>> VIDÉO. Giroud et Pavard, fans d'Eden Hazard


>>> Toutes les infos de la Coupe du monde 2018

en savoir plus : Equipe de France de Football, Coupe du Monde 2018 : France - Belgique