Le gardien uruguayen Muslera a perdu deux membres de sa famille juste avant le quart de finale contre les Bleus

Voir le site 15 JUILLET 2018 : La France en bleu

Uruguay France Muslera
Par Hamza HIZZIR|Ecrit pour TF1|2018-07-09T10:09:58.360Z, mis à jour 2018-07-09T10:10:00.072Z

Auteur d’une bourde qui a permis à Antoine Griezmann de marquer le but du 2-0 lors du quart de finale de Coupe du monde entre l’Uruguay et la France, le gardien de la Céleste, Fernando Muslera, avait des circonstances atténuantes, apprend-on ce lundi.

Il y a peu de choses plus poignantes que la détresse d’un gardien de but venant de commettre une bourde, qui plus est dans un match à élimination directe d’une Coupe du monde. Fernando Muslera, gardien de but de l’Uruguay, auteur d’une terrible faute de main sur une frappe anodine d’Antoine Griezmann en quart de finale de ce Mondial (0-2 pour les Bleus), faisait, lui, d’autant plus de peine à voir qu’il s’était, jusqu’alors, montré impeccable durant le tournoi. On comprend désormais un peu mieux ce qui a pu le rendre si fébrile, à un moment aussi crucial pour son équipe.


Le quotidien espagnol El Pais révèle en effet ce lundi que deux drames familiaux ont successivement frappé le portier uruguayen dans les jours qui ont précédé la rencontre. Le premier le samedi, soit six jours avant la date du match : l’un de ses oncles est mort dans un accident de voiture. Le second le lundi, soit deux jours plus tard, avec le décès de sa grand-mère. Malgré cela, Fernando Muslera a tenu à rester avec ses partenaires et à jouer le quart de finale. Sans rien dire. On a vu son sélectionneur, Oscar Tabarez, lui parler longuement sur le terrain après le coup de sifflet final. "Fernando a été un artisan important de notre parcours, a ensuite déclaré le coach en conférence de presse. Ce que je lui ai dit ? Cela relève de notre vie privée."