Aller directement au contenu

Coupe du monde 2022 : Hors-jeu, pourquoi l'arbitrage vidéo a refusé le but à l'Equateur ?

COUPE DU MONDE 2022 - A la 3e minute de Qatar - Equateur (0-2), le VAR a refusé un but à Enner Valencia. La technologie semi-automatisée de détection du hors-jeu est entrée en action. Décryptage.

But refusé : une polémique, puis l'explication

Trois minutes de jeu ont suffi à déclencher une première polémique arbitrale du côté de cette Coupe du monde 2022. Buteur de la tête depuis l'intérieur de la surface, Enner Valencia a pensé quelques instants avoir marqué le premier but de la compétition.

Coupe du monde : Calendrier, horaires, programme TV des matches sur TF1

Le buteur de Fenerbahçe avait marqué de la tête, à la 3e minute, après réception d'un ciseau de son coéquipier Félix Torres dans la surface.

Celui-ci a fait son geste après un duel aérien gagné dans un premier temps face au gardien qatari, sorti avec un timing douteux. Mais juste avant d'effectuer son ciseau, son coéquipier Michael Estrada lui avait remis le ballon de la tête. Nous y reviendrons, mais Estrada est notre homme.

30 secondes de gagnées avec la technologie semi-automatisée

Quelques instants après le but de Valencia, l'arbitrage vidéo est entré en action à travers l'innovation technologique de cette Coupe du monde : La technologie semi-automatisée de détection du hors-jeu. Le VAR a donc rapidement alerté Daniele Orsato pour un potentiel hors-jeu. Avant de l'acter.

Censée permettre des décisions plus rapides grâce à une cinquantaine de caméras disposées sous les toits des stades et du positionnement d'un capteur dans le ballon, cette technologie semi-automatisée a permis de prendre rapidement une décision sans que monsieur Orsato n'ait à consulter l'écran VAR.

Vidéo : Le résumé de Qatar - Equateur

Il a fallu 40 secondes chrono pour qu'une décision tombe sur la pelouse. Dans la description de son outil, la FIFA indique qu'une vérification de hors-jeu à l'aide des images vidéos dure elle en moyenne 70 secondes, soit 1'10". On a gagné 30 secondes en utilisant le nouveau joujou de la FIFA.

Bien évidemment, l'incompréhension a gagné l'auditoire car rien ne semblait indiquer un hors-jeu de position après les premiers ralentis. La technologie a bien œuvré. Mais tout n'a pas été parfait : il n'y a pas eu d'indications sur l'identité du joueur avant la 13e minute et l'envoi des images du révélateur.

Le portier qatari a tout changé

Le coupable portait le n°11 : il s'agissait bien de Michael Estrada. Celui-ci a été déclaré en position de hors-jeu lorsque son coéquipier Torres a gagné son duel aérien face au portier adverse, Saad Al Sheeb.

Juste à côté du duel, comme le montre l'image ici bas, Estrada a été pris au piège du hors-jeu à ce moment-là. Sa participation active à la suite de l'action l'a condamné.

Vidéo : Tous les buts de Qatar - Equateur

Qui a provoqué cet imbroglio de positions ? Le portier du Qatar. En sortant de ses 5,50m, celui-ci a dépassé géographiquement son coéquipier Boualem Khoukhi (le N°16), devenu officiellement le dernier défenseur de son équipe, ainsi que Bassam Hisham (le n°15). A savoir que le statut de dernier défenseur est logiquement donné au gardien par les lois du jeu.

Estrada était bien en position de hors-jeu car pour quelques centimètres (un bout de pied) - ce qu'a montré le révélateur - il était positionné entre l'avant-dernier défenseur, ici Bassam Hisham (le n°15), et le dernier défenseur de l'équipe du Qatar, Khoukhi.

Rappel de la loi 11 du jeu

"Un joueur est en position de hors-jeu si :

  • n’importe quelle partie de la tête, du tronc ou des jambes se trouve dans la moitié de terrain adverse (ligne médiane non comprise) ; et

  • n’importe quelle partie de la tête, du tronc ou des jambes se trouve plus près de la ligne de but adverse que le ballon et l’avant-dernier adversaire."

Vidéos associées

News associées