Pour Hugo Lloris, "la Belgique a l’équipe la plus complète de cette Coupe du monde"

Voir le site 15 JUILLET 2018 : La France en bleu

Lloris avant France Belgique
Par Hamza HIZZIR|Ecrit pour TF1|2018-07-09T16:07:47.653Z, mis à jour 2018-07-09T16:07:57.742Z

Le capitaine de l’équipe de France, Hugo Lloris, et son sélectionneur, Didier Deschamps, ont répondu ce lundi aux questions des médias, à la veille de la demi-finale contre la Belgique (mardi à 20h sur TF1). Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils s’attendent à un grand match.

On a guetté, dans la voix, les gestes, les mimiques, quelque chose qui ressemblerait à de l’anxiété, alors que se profile dans un peu plus de 24 heures un choc majuscule et fratricide entre la France et la Belgique en demi-finales de la Coupe du monde. Mais rien. Au contraire, le capitaine des Bleus, Hugo Lloris, et leur sélectionneur, Didier Deschamps, sont apparus détendus, voire souriants et taquins par instants, en conférence de presse de veille de match, ce lundi à Saint-Pétersbourg. Dans le discours, en revanche, ils ont exprimé une forme d’appréhension en évoquant la qualité de l’adversaire.

"Il n'y aura pas la place pour quelques secondes de déconcentration."

"L'équipe belge est la plus complète de cette Coupe du monde, a ainsi lancé le gardien de but. Elle sait défendre, attaquer, elle est forte dans les airs et au sol. Ils savent tout faire, y compris en contre-attaques, avec des joueurs tranchants et rapides. C'est déjà une grande équipe, avec une génération fantastique. On doit sortir un grand match. Il nous faudra élever notre niveau, et avoir un peu de chance pour réaliser l’exploit de les battre. Tout est pour qu’on prenne du plaisir ensemble. On doit être prêt à souffrir et on le sera. Ça se jouera au mental. Il n'y aura pas la place pour quelques secondes de déconcentration. C'est une opportunité énorme dans notre carrière, il faut la saisir." 

De son côté, Didier Deschamps s’est déjà quelque peu projeté sur le déroulé de la rencontre : "Les Belges ont pris des dispositions contre les Brésiliens, en densifiant leurs milieux et en fermant les couloirs. Feront-ils pareil contre nous ? C'est probable. La Belgique est toujours portée vers l'avant et, quand elle a le ballon, elle est très performante dans la transition défense-attaque rapide. J'ai fait en sorte de préparer mes joueurs à différents cas de figure, à différentes organisations, en fonction des différents moments du match." Voilà pour la théorie. Maintenant, on ne sait pas vous mais nous, on a encore plus hâte d’y être.