"Joue-la comme papa" : Jen Beattie marque au Parc 32 ans après son père

COUPE DU MONDE - Découvrez l'incroyable histoire de Jennifer Beattie qui a suivi les pas de son père, mercredi soir, au Parc des Princes.

Dans la famille Beattie, je demande la fille. Auteure du deuxième but de la sélection d'Ecosse lors du match fou face à l'Argentine, bouclé sur un improbable 3-3, Jennifer Beattie a réalisé une performance assez peu commune devant le public parisien. Celle de suivre les pas de son père.

En marquant ce but face à l'Albiceleste, à la 49e minute de la rencontre, la milieu de terrain est devenue la deuxième membre de la famille Beattie à marquer lors d'une rencontre internationale au Parc des Princes. Sauf que son paternel n'était pas footballeur international mais... rugbyman.

John Beattie a en effet laissé sa trace dans l'histoire du XV d'Ecosse en inscrivant un essai au XV de France au Parc lors de l'édition 1987 du tournoi des V Nations. Un essai insuffisant puisque les Bleus l'avaient emporté (28-22), le 7 mars 1987, avant de s'envoyer le Grand chelem.

La folle vie de John Beattie

Ancien international (25 sélections entre 1980 et 1987 avec le XV au chardon), dont il a porté le brassard à une reprise, ancien joueur des Lions Britanniques, Beattie a connu la transition du rugby vers l'ère du professionnalisme en plein des cœur des années 80. Une période différente qui l'a obligé à travailler à côté. Pour lui, c'était dans le génie civil. John Beattie, né le 27 novembre 1957 à Bornéo, c'est une vie remplie de touche-à-tout.

Obligé d'arrêter sa carrière à 30 ans à cause d'une blessure, Beattie est ensuite devenu expert-comptable, pigiste et consultant dans la presse locale pour suivre la sélection nationale. C'est en 1995 que cet ancien arrière s'est tourné vers une carrière de journaliste-présentateur. The Herald, Scottish Rugby Magazine, the Sunday Herald, puis la BBC à Glasgow, l'ancien joueur est devenu l'un des experts rugby les plus avisés du pays.

Une histoire peu banale qui a donné de l'inspiration à ses enfants. Son fils, John, est lui aussi devenu international écossais (38 sélections depuis 2006), au poste de troisième ligne centre. Si vous suivez le rugby dans l'Hexagone, vous le connaissez probablement. Depuis six ans, sa carrière s'est déroulée en France : Montpellier (2012/2014), Castres (2014/2016) et Aviron bayonnais depuis 2016.

Jennifer a, elle, débuté une carrière de footballeuse il y a une décennie. D'abord au pays (Queen's Park, Celtic FC), avant de tenter sa chance en Angleterre (Arsenal, Manchester City) et en France, à Montpellier, il y a six ans. Tout ce parcours l'a emmené à rejoindre, un peu par hasard, celui de son père, auteur d'un essai qui a compté pour du beurre 32 ans plus tôt.

Alexandre Coiquil

Vidéos associées

News associées