Les Bleus ont galéré face à l'Australie, mais c'est toujours comme ça

Voir le site Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

000 1618RF
Par Allan DELAMOTTE |Ecrit pour TF1|2018-06-16T17:07:29.359Z, mis à jour 2018-06-16T17:07:30.141Z

Samedi 16 juin, l'équipe de France a assuré l'essentiel en battant l'Australie lors du premier match du groupe C (2-1). Bousculés par des Australiens agressifs, les Bleus ont pu compter sur la technologie pour se sauver.

Que ce fut dur pour les Bleus. Pour leur premier match du Mondial 2018 en Russie, face à l’Australie ce samedi, les Français ont énormément souffert pour venir à bout de Socceroos très agressifs et pressants dès les premières minutes de la rencontre (2-1). Au milieu de terrain comme sur les ailes, l’Australie a mis l’accent sur l’intensité dans les duels, mettant en grande difficulté les Hernandez, Tolisso et Pogba dans l’élaboration du jeu et les sorties de balle. 

Cela ne devrait surprendre personne : hormis en 2014 et une sympathique promenade face au Honduras (3-0), les Bleus sont des habitués des entames galère. Depuis seize ans, la sélection compte ainsi deux victoires arrachées dans les dernières minutes (Euros 2004 et 2016), quatre nuls crispants (Mondial 2006 et 2010, Euro 2008 et 2012) et une défaite (Mondial 2002). A chaque fois, un sentiment d'impuissance auxquels les Bleus s'étaient attaqués avec plus ou moins de succès. 

Il n'en fut pas différemment face à l'Australie, rencontre rugueuse par excellence. Preuve de cette intensité palpable durant toute la rencontre, les Australiens ont commis 19 fautes, récoltant trois cartons jaunes via Leckie (13’), Ridson, coupable sur le penalty accordé à Griezmann (57’) et Behich en fin de match (87’). Au milieu de ce combat, les hommes de Deschamps ont eu raison des Océaniens par deux faits de jeu prêtant à discussion.


La technologie au service des Bleus

A la 57e minute de jeu, Antoine Griezmann s’échappe dans le dos de la défense et est légèrement touché à l’entrée de la surface par Ridson. Pour la première fois de l’histoire du Mondial, l’arbitrage vidéo prend la main et le délégué indique à l’arbitre central, Andrès Cunha, d'accorder un penalty à la France. Un penalty que transformera Griezmann  côté droit. Le tout avant de voir Jedinak égaliser quelques minutes plus tard de la même manière (62’), après une improbable faute de main de Samuel Umtiti.

>> Après sa main, Umtiti se moque de lui-même

C’est finalement un autre acteur d'ordinaire extérieur au jeu qui va faire basculer le match en faveur des joueurs tricolores : la Goal Line Technology. Après avoir été les premiers à en bénéficier en 2014 face au Honduras (3-0), ces derniers vont voir le but de Paul Pogba, après une frappe contrée sur la barre transversale de manière chanceuse, accordé après que le ballon a franchi la ligne (81’).

Au prochain match, Paul Pogba, Antoine Griezmann & Co vont se confronter à un nouvel adversaire coriace physiquement, qui aura à cœur de bien figurer dans ce Mondial russe, après 36 ans d'absence.



en savoir plus : Equipe de France de Football