L'incroyable remontée de l'Argentine met l'Ecosse K.-O

COUPE DU MONDE 2019 - Menée 3-0 au Parc des Princes par l'Ecosse à la 69e minute du dernier match du premier tour, l'Argentine a réussi une incroyable remontée (3-3), qui lui laisse encore un espoir.

Groupe D : L'Argentine fait sa "remontada" et condamne l'Ecosse

Ecosse-Argentine, ou comment passer d'un match à sens unique, au scénario le plus fou de cette Coupe du monde 2019. Menée 3-0 après 69 minutes de jeu, et complètement hors du coup, l'équipe d'Argentine est parvenue à remonter un handicap de trois buts et signer le fin de match la plus incroyable de cette compétition. Ce match nul (3-3) a laissé l'Argentine en vie et surtout condamné l'Ecosse à une élimination cruelle.

Ce sont les toutes dernières minutes qui ont offert à cette rencontre un statut de tragédie. Une tragédie qui s'est jouée en quatre actes et sept minutes chrono. Sept minutes, c'est le temps qui a séparé la faute dans la surface de Sophie Howard sur Aldana Cometti (à 85'52") et le but sur penalty de Florencia Bonsegundo. Entre ces deux moments, il s'est passé une vie.

L'Ecosse s'est, elle, effondrée en 16 minutes montre en main. Cela a ressemblé à une explosion psychologique provoquée par le but de Milagros Menéndez. La joueuse née à Mar del Plata, qui a lancé l'opération "remontada", porte bien son prénom. "Miracle", c'est un mot parfait pour définir ce qu'ont réalisé les joueuses de l'Albiceleste.

Une tragédie en quatre actes

L'arbitre de la rencontre, la Nord-coréenne RI Hyang Ok, a d'abord refusé de siffler penalty, avant d'être alertée par la VAR Room à la 86'05", soit 13 secondes après la faute. Un long échange s'est ensuite produit, avant que l'officielle n'aille consulter le VAR, une minute et trente seconde plus tard (à 87'35"). Après une minute d'inspection, de retours en arrière avec la bande vidéo, le fameux penalty a été sifflé (à 88'58").

C'est ensuite que la fin de match a réellement basculé dans la folie. Préposée au penalty, Florencia Bonsegundo a buté sur la gardienne Lee Alexander à deux reprises : sur le penalty en lui-même, mal tiré à ras de terre, puis sur la reprise, elle aussi sortie par la gardienne de la sélection au chardon.

Deux interventions du VAR, deux penaltys, pour un final de folie

Les bises et les remerciements des Écossaises, qui ont cru tout perdre au pire moment possible, à l'entrée du temps additionnel, ont ajouté du sel au drame à venir. Comme lors de Jamaique-Italie et du fameux Nigeria-France, la position de la gardienne n'était pas la bonne au moment du penalty. Sanctionnée par le VAR, revenu pointer le bout de son nez à 90+1' et 59" pour une position illicite, soit une faute, Lee Alexander s'est retrouvée à devoir défendre sa cage une deuxième fois.

A la 94e minute (90e+3 et 19"), Bonsegundo a profité de l'explosion psychologique de la gardienne, tuée par l'intervention du VAR, et incapable de ne pas penser à sa position sur la ligne, pour marquer le but du 3-3. Le tout en tirant presque au même endroit que le premier. Le but qui a conclu le match le plus fou de cette Coupe du monde. Et il a fait un bien fou ce match.

Ce petit point glané a en tous cas laissées intactes les chances des Argentines de se qualifier pour la phase finale en tant que meilleurs 3e. Mais avec seulement deux points, les coéquipières de Vanina Correa sont proches de la sortie. De l'extase à la tristesse, de la tristesse à l'extase, l'Ecosse et l'Argentine ont partagé bien des émotions au Parc des Princes.

Alexandre Coiquil

Vidéos associées

News associées