Morgan, Miedema, Bronze… Les joueuses stars du dernier carré

Morgan, Miedema, Bronze… Les joueuses stars du dernier carré
Les quarts de finale ont rendu leur verdict. Le dernier carré de la compétition met aux prises, certaines des meilleures joueuses du monde. L’occasion de mettre la lumière sur ces footballeuses.

Alex Morgan (attaquante, États-Unis)

Elle est probablement la plus connue de toutes, à travers le monde. Lorsque l’on parle de star dans le football féminin, il est impossible d’omettre Alex Morgan. Les sponsors se l’arrachent et sa popularité dépasse le simple cadre du football. Son nombre d’abonnés sur les réseaux (Instagram) témoigne de sa popularité (6,7 millions). À titre de comparaison la légende du tennis Roger Federer en compte 6, 2 millions. Mais sur le terrain, son talent fait très souvent parler la foudre. L’attaquante d’Orlando Pride est la co-meilleure buteuse du Mondial avec cinq buts, tous inscrits durant son premier match dans la compétition, la Thaïlande en a fait les frais (États-Unis-Thaïlande-13-0). C'est ce que l'on appelle une entrée en matière réussie.

Viviane Miedema (attaquante, Pays-Bas)

Elle est à l’image de son équipe depuis le début de cette Coupe du monde : joueuse et enthousiasmante. L’attaquante d’Arsenal et meilleure buteuse du championnat anglais cette saison (21 buts), est particulièrement adroite dans les seize derniers mètres. Redoutable pour toutes les défenses adverses, elle a trouvé le chemin des filets à trois reprises depuis le début de ce Mondial. Un talent précoce qui a fait ses premières gammes en sélection à l’âge de 15 ans seulement, rien que ça…

Lucy Bronze (défenseure, Angleterre)

Elle est sans conteste l’une des meilleures défenseures au Monde. Lucy Bronze (21 ans), compte déjà 73 matches avec l’équipe nationale d’Angleterre. Depuis le début de la compétition elle tient son couloir droit et il est difficile d’y trouver des brèches pour ses adversaires. La joueuse de l’Olympique lyonnais s’est également se rendre efficace offensivement. La latérale s’est distinguée en quart de finale face à la Norvège (3-0) en inscrivant un troisième et dernier but d’anthologie, une frappe lointaine sous les yeux d’un certain David Beckham qui a dû apprécier le spectacle. Si les Three Lionesses veulent frapper un grand coup face aux États-Unis en demi-finale, cela ne se fera pas sans une Lucy Bronze en pleine possession de ses moyens.

Caroline Seger (milieu de terrain, Suède)

La Suède réalise un parcours plus que convaincant. Et nul doute que les joueuses de Peter Gerhardsson le doivent en partie à Caroline Seger. L’ancienne joueuse du PSG et de Lyon remplit pleinement son rôle de cadre dans un vestiaire où la plupart de ses coéquipières sont moins aguerries qu’elle aux exigences du haut niveau. Capitaine et pilier du groupe suèdois, elle effectue un travail de l’ombre au milieu de terrain qui permet à ses partenaires de se bonifier. Caroline Seger compte 198 sélections.

Megan Rapinoe (milieu de terrain, États-Unis)

Bourreau des Bleues, lors du quart de finale face à la France (2-1) et magnifiée par un doublé, Megan Rapinoe est l’une des joueuses les plus techniques au monde. L’attaquante américaine est à la hauteur de sa réputation depuis le début du Mondial. Les statistiques parlent pour elle. L’ancienne attaquante de l’OL est tout simplement la co-meilleure buteuse de la compétition. Si les États-Unis sont autant craints et redoutés, elle n’y est pas étrangère. En club elle fait les beaux jours de Seattle Reign FC.

Farid Sarr

Vidéos associées

News associées