Portugal - Maroc : Rui Patricio, l'autre star des Quinas qui revient de loin

Voir le site Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

Rui Patricio
Par La rédaction|Ecrit pour TF1|2018-06-20T05:00:46.647Z, mis à jour 2018-06-20T12:41:23.688Z

Après plusieurs semaines de marasme, suite à son départ houleux du Sporting, le portier du Portugal Rui Patricio dispute cette Coupe du Monde avec un statut à honorer, celui de meilleur gardien de l'Euro 2016.

Forcément plus discret que son illustre capitaine, Rui Patricio est pourtant aussi incontournable que Cristiano Ronaldo en sélection nationale, fort de son titre honorifique de meilleur gardien de l'Euro 2016, remporté avec son équipe. A son poste, sa ligne statistique durant la campagne de qualifications pour le Mondial en Russie est impressionnante : il n'a encaissé que quatre buts en dix matchs et Wolverhampton, nouveau promu en Premier League doit d'ores et déjà se frotter les mains. Bien que courtisé par Naples, il a choisi l'Angleterre après avoir rompu son contrat avec le Sporting Portugal, à ... trois jours de son premier match en Russie. Retour sur les dernières semaines très très agitées du gardien portugais. 

La crise sans précédent qui secoue le Sporting Portugal 

Le Sporting est secoué par une crise un peu commune : neuf joueurs dont les internationaux portugais Rui Patricio, William Carvalho, Bruno Fernandes et Gelson Martins, ont rompu unilatéralement leur contrat avec le club après qu'un groupe de supporteurs cagoulés et armés a agressé et menacé les joueurs et le staff, en plein centre d'entraînement, à Alcochete. Le climax d'une crise qui secoue le club depuis des semaines. En cause : l'attitude un peu colérique du patron du club, Bruno Carvalho qui étale sa furie sur les réseaux sociaux, dans la presse et les vestiaires de son club, lorsqu'il n'est pas content. 

En avril dernier, il avait tancé ses joueurs sur Facebook et ceux-ci avait répondu sur leurs comptes Instagram et Facebook, respectifs. "Nous sommes le Sporting Clube de Portugal... Nous transpirons, nous nous battons et nous honorons toujours le maillot que nous portons. Nous ne croyons pas aux joueurs parfaits parce que nous voulons toujours évoluer !". 


Somos Sporting Clube de Portugal, em nome do plantel, somos a informar o seguinte... Suamos, lutamos e honramos sempre a camisola que vestimos. Não somos perfeitos e não acreditamos em jogadores perfeitos, porque queremos sempre evoluir! Não existem jogadores nem equipas perfeitas, mas quando as coisas não correm como queremos, sabemos assumir as nossas responsabilidades. Todos nós temos de o fazer! Quando vencemos, empatamos ou perdemos… sim… porque no Futebol estes são os resultados possíveis, a responsabilidade é sempre de todos! Somos uma equipa! Somos um grupo unido de um Grande Clube onde o respeito é uma das bases necessárias a essa união. Não podemos pensar apenas no “Eu”, mas sim “Nós” e sempre na equipa, porque só assim poderemos vencer. No nosso Clube, nas seleções nacionais que representamos, sempre damos e continuaremos a dar o nosso melhor, porque o querer é uma constante. Somos profissionais, somos humanos! A nossa integridade e o nosso compromisso são sagrados! Esforço, dedicação, devoção e glória sempre! Damos o máximo pelo Sporting Clube de Portugal, damos o máximo por nós próprios enquanto equipa, individualmente enquanto atletas. Lutamos pelo nosso Clube, pelos nossos adeptos e por nós, sempre! Não há outra forma séria de estar no Futebol Profissional que não seja esta… Por esta razão, em nome de todo o plantel do SCP, espelhamos neste texto o nosso desagrado, por vir a publico as declarações do nosso Presidente, após o jogo de ontem, no qual obtivemos um resultado que não queríamos… a ausência de apoio, neste momento…, daquele que deveria ser o nosso líder. Apontar o dedo para culpabilizar o desempenho dos atletas publicamente, quando a união de um grupo se rege pelo esforço conjunto, seja qual for a situação que estejamos a passar, todos os assuntos resolvem-se dentro do grupo. Saibamos ver que, por maiores que sejam as dificuldades, ainda há muito para disputar. Temos uma recta final em várias competições e vamos, haja o que houver, unidos e coesos, dar o máximo pelo Sporting Clube de Portugal. Somos Sporting Clube de Portugal.

Une publication partagée par Rui Patricio (@rpatricio1) le


Dans la foulée de ces publications, Carvalho avait suspendu ses joueurs frondeurs : en tout, ce sont 19 joueurs qui ont été "punis" par le président après cette mutinerie 2.0. Mais pas franchement désireux d'apaiser les tensions, ce même président avait, dans un second temps, qualifié ses joueurs d'"enfants gâtés qui ne respectent rien ni personne, au Sporting Portugal on ne vit pas dans une république bananière". Inutile de préciser que ces attaques répétées à l'encontre des joueurs puis l'incursion ultra violente des supporteurs cagoulés au centre d'entraînement n'ont fait qu'accélérer la décision de certains joueurs de partir au plus vite, quitte à s’asseoir sur certains privilèges. Le tout à quelques semaines seulement du début du Mondial. 

Sans contrat à quelques jours du début du Mondial

En rompant son contrat, le portier de 30 ans avait alors accusé le Sporting de "négligence grossière" et d'avoir "violé ses obligations légales et contractuelles". Dans la presse, il avait également confié avoir eu peur pour sa vie, à ce moment-là.


A deux jours de l'ouverture du Mondial, Joao Mario, milieu de terrain de l'équipe nationale assurait en conférence de presse qu'ils étaient concentrés sur le match contre l'Espagne et non pas sur ce qui se passe au Sporting. Interrogé sur l'état d'esprit des internationaux qui se retrouvent ainsi sans contrat, Joao Mario avait refusé d'en dire plus : "Cette question n'est pas directement liée au match (contre l'Espagne), mais notre équipe est bien préparée, nous sommes prêts et notre attention est concentrée sur le match". Concentrés, on ne sait pas s'ils l'ont été, les Portugais. Et Rui Patricio, malgré trois buts encaissés, a assuré face aux Espagnols, au terme d'un match dantesque. 


Désormais libre, Rui Patricio a signé pour quatre ans, avec Wolwerhampton, le promu de la Premier League et ce marasme semble déjà loin, pour le gardien. En attendant, place au Maroc, pour la deuxième journée du groupe B.