Renard sur son penalty et le VAR : "Les règles ont été respectées"

COUPE DU MONDE 2019 – Marqué par l’intervention du VAR à deux reprises, le penalty de Wendie Renard a énormément fait parler depuis lundi soir. Voici les réactions des protagonistes.

Un penalty sifflé, un raté, un appel et une polémique. La victoire de l’équipe de France face au Nigeria a déjà été oubliée par tout le monde. La principale cause n’est pas la piètre qualité de la rencontre, mais bien le penalty de la rencontre donné à tirer une deuxième fois par l’arbitre hondurienne Melissa Borjas.

L’officielle, avisée par la VAR Room, a appliqué le règlement de la loi 14 au pied de la lettre. Et c'est bien le fait d'avoir fait son travail et d'avoir appliqué le règlement qui lui a été reproché. Sauf que ce n'est pas une première dans la compétition. Lors de la rencontre Jamaïque-Italie (0-5), l'arbitre Néo-zélandaise Anna-Marie Keighley avait donné penalty à retirer à l'Italienne Cristiana Girelli et sanctionné Sydney Schneider d'un carton jaune.

Arbitre

"Dans le sport de haut niveau, si tu n'es pas armée mentalement ça ne sert à rien de faire du sport"

Les principaux avis à écouter sont ceux des joueuses. Forcément, chez les Bleues, cette histoire de penalty à retirer a été vu du bon côté. Surtout pour Wendie Renard, qui a mis la mauvaise fortune de côté. "Heureusement qu'il y a la nouvelle règle. Avec la nouvelle règle, elle (la gardienne du Nigeria) n’a pas respecté le départ, donc c’était à retirer", a expliqué la défenseure de l'équipe de France à TF1 lors du Mag de la Coupe du monde.

"J’ai observé à la vidéo les penaltys, et j’ai vu que la gardienne partait avant. Et là, elle n’a pas trop bougé, donc j’ai voulu la mettre un peu et du coup ça fait poteau sortant. Je me suis dit : ‘Putain, ça ne va pas recommencer’. Et après, derrière, le VAR est intervenue et tout de suite les filles sont venues me voir pour me dire : ‘Tu veux y aller ? Tu veux y aller’. Amandine m’a dit, tu prends le ballon et tu vas retirer. Donc, j’ai pris mes responsabilités, je suis partie et je l’ai mise au fond."

Concernant la décision de l'arbitre, Renard s'est félicitée de l'application stricte du règlement dans un entretien donné à Canal +. "Dans le sport de haut niveau, si tu n'es pas armée mentalement ça ne sert à rien de faire du sport. Il y a des épreuves à chaque instant, on les a surmontées ensemble parce que ce penalty ne vient pas de moi, il est collectif. Même si je l'ai fait en deux temps, j'ai fini le boulot quand même. Il y a des règles et les règles ont été respectées ce soir", a-t-elle ajouté.

penalty

"Si je vous donne mon avis, j'aurai des problèmes et ils me renverront à la maison"

Interrogée en conférence de presse, Corinne Diacre, la sélectionneure de l'équipe de France, a trouvé la décision sévère. "A ce moment-là (du penalty), on ne peut qu’attendre et attendre surtout la décision de l’arbitre. Il y a un nouveau règlement qui stipule qu’aujourd’hui que si la gardienne de but n’a pas un pied sur la ligne au moment du tir, il est à retirer et la gardienne prend un carton jaune. C’est très sévère. On a fait part de cette sévérité. Maintenant, les lois étant applicables au 1er juin… Nous on nous a donné l’information le 4 juin, donc c’est déjà trop tard. Aujourd’hui, ça a été en notre faveur."

Pour le sélectionneur du Nigeria, la pilule a été dure à avaler. "Si je vous donne mon avis, j'aurai des problèmes et ils me renverront à la maison, c'est mieux si je ne dis rien", a expliqué d'un ton laconique, Thomas Dennerby. Le Suédois avait déjà montré son exaspération sur le bord du terrain. "Je suis déçu. Mes joueuses ont été héroïques. La France est une très bonne équipe et n'a pas besoin de l'aide de qui que ce soit pour gagner un match."

Penalty VAR

Vidéos associées

News associées