Dans l'actualité récente

Benjamin Pavard, son incroyable rêve bleu

Voir le site 15 JUILLET 2018 : La France en bleu

Benjamin Pavard But France Argentine
Par Delphine DE FREITAS|Ecrit pour TF1|2018-06-30T16:50:51.915Z, mis à jour 2018-06-30T17:36:16.676Z

Moins d’un an après sa première sélection chez les A, Benjamin Pavard a inscrit l’un des quatre buts qui ont offert à l’équipe de France sa qualification pour les quarts de finale du Mondial face à l'Argentine (4-2). Une ascension express à laquelle le joueur de 22 ans a lui-même encore du mal à croire.

Quatre matches avec les U19. Quinze sous le maillot des Espoirs. Et neuf chez les A. Vingt-huit rencontres, zéro défaite. Benjamin Pavard, 22 ans, n’a jamais eu le blues avec les Bleus. Samedi, face à l’Argentine, il a même inscrit son premier but avec l’équipe de France. Et quel but ! Une frappe puissante hors de la surface (voir la vidéo ci-dessus), qui a contribué à la qualification des hommes de Didier Deschamps pour les quarts de finale de la Coupe du monde en Russie (4-3). 

"Elle est vraiment magnifique, je me couche vraiment bien, je suis encore ému, je ne vous le cache pas", explique-t-il à l'issue du match sur TF1. "C’est sûr qu’à l’entraînement j’avais déjà mis des drops. Je suis content pour toute l’équipe, ça a permis de nous donner une bouffée d’air frais", alors que l'Albiceleste menait 2-1, commente-t-il, confessant qu'il "a couru partout" et "ne savait pas quoi faire" après avoir marqué.

>> France-Argentine (4-3) : le film de ce match complètement fou

Lui-même surpris par sa progression

Dire qu’il y a quelques semaines, la majorité des Français qui ne suivent pas le football régulièrement ne connaissaient pas son nom… "Il y a six mois de ça, on ne s’attendait même pas à ce que je sois en équipe de France. Même moi j’ai été le premier surpris en novembre d’être appelé par le sélectionneur pour la première fois chez les A", raconte-t-il dans le Studio bleu de TF1.

Le 10 novembre, au Stade de France, Didier Deschamps le fait entrer à la mi-temps face au Pays de Galles (2-0 en amical). Il est titularisé dès sa troisième sélection face à la Russie. A droite de la défense, alors qu’il évolue en charnière centrale à Stuttgart. "Le coach des Espoirs (Sylvain Ripoll) le faisait jouer à droite, on a vu qu’il y avait un boulevard à ce poste, on s’est dit qu’il fallait jouer le coup à fond", détaille au Parisien son agent, Joseph Mohan. Un coup de poker brillamment réussi.

VIDÉO - Le Studio Bleu : Pavard surpris d'être titulaire

L'héritier de Thuram en Coupe du monde

Benjamin Pavard figure dans le onze de départ du premier match des Bleus face à l’Australie (2-1, le 16 juin). "Il y a six mois de ça, personne n’aurait cru et même moi je n’aurai pas forcément cru débuter cette compétition en tant que titulaire", poursuit-il sur TF1, toujours en martelant le même chiffre. Six mois qui ont fait de lui l’un des joueurs clés du dispositif Deschamps, seulement mis au repos contre le Danemark (0-0, le 26 juin).

"Très fier" de sa fulgurante ascension, le natif de Maubeuge sait aussi taper du poing sur la table. Et rappeler qu’il ne faut plus l’appeler "Jeff Tuche", avec qui Adil Rami lui a trouvé une ressemblance. Samedi, Benjamin Pavard est un peu plus entré dans l’histoire des Bleus en devenant le premier défenseur de l’équipe de France à marquer en Coupe du monde depuis Lilian Thuram. "Le coach m'a dit : 'tu m'as fait penser à lui'", révèle-t-il sur TF1. Voilà une légende qu’il ne pourra être qu’heureux d’avoir égalée.

VIDÉO - Equipe de France : le FOU RIRE de Benjamin Pavard avec Frédéric Calenge !


>> Toutes les infos sur la Coupe du monde