Serbie - Suisse : les "aigles" de Shaqiri et Xhaka font polémique dans les Balkans

Voir le site Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

Xherdan Shaqiri Serbie Suisse
Par La rédaction|Ecrit pour TF1|2018-06-23T13:48:22.151Z, mis à jour 2018-06-23T13:48:27.189Z

Les célébrations des buteurs helvètes lors du match face à la Serbie, vendredi soir, ont déclenché de nombreuses réactions. Explications.

Une célébration pas franchement diplomatique. Lors du match face à la Serbie, vendredi soir, les deux buteurs de la Nati, l'équipe suisse, Granit Xhaka et Xherdan Shaqiri, ont fêté leurs buts respectifs en exécutant un geste équivoque : des deux mains, ils ont mimé un aigle, mais pas n'importe lequel : celui figurant sur le drapeau albanais et renvoyant au projet nationaliste de "Grande Albanie", visant à regrouper au sein d'un même pays tous les Albanais des Balkans. 

Une célébration ô combien polémique lancée à la face des supporters serbes, ravivant les douloureux souvenirs de la guerre qui a déchiré les Balkans à la fin du siècle dernier. Shaqiri est né au Kosovo, ancienne province serbe peuplée à majorité d'Albanais, tandis que Xhaka est né en Suisse d'une famille kosovare. A leur décharge, les deux joueurs semblaient répondre aux supporters serbes qui les ont copieusement sifflés tout au long de la rencontre.


"Nous devons nous éloigner de la politique dans le football"


"Dans le foot, vous avez toujours des émotions et vous pouvez voir que ce que j'ai fait n'est que de l'émotion. J'étais juste très heureux de marquer un but, c'est tout. Je pense qu'on ne devrait pas parler de ça maintenant", a voulu dédramatiser Shaqiri - qui affiche également le drapeau kosovar sur ses crampons - après le match. Son sélectionneur, lui, a appelé à ne pas "mélanger la politique et le football". "Il est bien clair que les émotions ressortent, et c'est ce qui s'est produit. Mais nous tous sur le terrain, et en dehors, nous devons nous éloigner de la politique dans le football et se concentrer sur ce beau sport qui regroupe les gens", a ajouté Vladimir Petkovic, Bosnien de nationalité et donc lui aussi natif d'ex-Yougoslavie. Son homologue serbe, Mladen Krstajic, n'a, lui, voulu faire "aucun commentaire". "Comme je l'ai déjà dit, je ne m'occupe pas de ce genre de choses, je suis un sportif", a-t-il lancé sèchement après la rencontre.

Le souvenir fâcheux de 2014 


Malgré une volonté d'apaisement, la polémique est largement sortie du stade de Kaliningrad. Les médias serbes ont parlé de "provocation honteuse", tandis que la fédération serbe a porté plainte auprès de la Fifa, non pas contre les célébrations honnies, mais au sujet de l'arbitrage de Felix Brych. Elle l'avait déjà fait concernant les crampons de Shaqiri, sans succès. A contrario, au Kosovo, les gestes des deux buteurs ont été accueillis avec chaleur. Le président du pays, lui-même, Hashim Thaci, a félicité sur Twitter toute l'équipe suisse pour sa "victoire bien méritée. Fier de vous! Le Kosovo vous aime !"

Loin d'être anecdotiques, ces célébrations équivoques ravivent le souvenir d'un précédent fâcheux. Le 14 octobre 2014, un match Serbie-Albanie à Belgrade avait été interrompu quelques minutes avant la pause en raison d'un envahissement du terrain et des échanges de coups entre joueurs et supporteurs. L'étincelle qui avait déclenché ces violences était un drone qui avait survolé la pelouse avec un drapeau de la "Grande Albanie". Quatre ans plus tard, le sujet reste douloureux dans les Balkans.

en savoir plus : Coupe du Monde 2018 : Serbie - Suisse