Suède-Suisse : la fois où le psy a dû parler aux chaussures d'Ola Toivonen

Voir le site Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

TOIVONEN SUEDE SUISSE 214
Par La réaction|Ecrit pour TF1|2018-07-03T09:20:07.731Z, mis à jour 2018-07-03T12:51:07.328Z

Le football ne se joue pas qu’avec les pieds. La tête aussi a son importance. Le coach mental de la Suède, qui affronte la Suisse ce mardi après-midi en 8e de finale (16 heures), raconte l’importance de parler aux âmes… et aux crampons.

Les Suédois ont une sacrée confiance en eux. Et on connait la raison : l’équipe nationale s’appuie sur Daniel Ekvall, un coach mental du staff. Sur le site de la Fifa, ce conseiller psychologique, qui travaille en étroite collaboration avec le sélectionneur Janne Andersson, explique sa méthode : "J’organise des séances de discussion individuelle et de groupes. En fonction de ce que me disent les joueurs, j’élabore un plan mental pour le match à venir. C’est souvent une image qui illustre ce que les joueurs eux-mêmes ont dit". 


Et ça fonctionne plutôt bien puisque, en phase de poules et avant ce 8e face à la Suisse (16 heures, ce mardi), les Blagult sont invaincus. Daniel Ekvall a une botte secrète, il parle aussi aux crampons. "C’était le match contre la France (à l’occasion des qualifications pour le Mondial, le 9 juin dernier). Au début de la semaine, Ola Toivonen venait de recevoir de nouvelles chaussures et a pensé qu’il n’allait pas avoir le touché qu’il souhaitait. A travers tout le terrain, il m’a crié qu’il voulait que je lui réserve une séance pour parler à ses chaussures. Tout le monde a trouvé ça marrant, mais durant le match qui a suivi (face aux Bleus, ndlr), il a marqué un but du milieu de terrain avec cette paire de crampons (vous vous souvenez, c’est la boulette de Lloris, ndlr)". 

 Au-delà de cette “psychothérapie des chaussures”, Daniel Ekvall a passé ces derniers jours à préparer mentalement les coéquipiers de Toivonen et Durmaz à l’éventualité d’une fin de match aux tirs au but, en “faisant en sorte que les joueurs aient un plan clair et que rien ne viendra perturber ce moment. Le joueur doit observer la même routine même si la situation est spéciale”. Bien dans leurs têtes, bien dans leurs baskets. 

en savoir plus : Coupe du Monde 2018 : Suède - Suisse