"Une honte" : quand Falcao descend en flammes l'arbitre d'Angleterre-Colombie

Voir le site Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

000 1744TA
Par Allan DELAMOTTE |Ecrit pour TF1|2018-07-04T10:09:07.874Z, mis à jour 2018-07-04T10:09:09.499Z

Après la défaite de la Colombie face à l'Angleterre aux tirs au but mardi lors des huitièmes de finale du Mondial (1-1, 4-3 t.a.b.), le capitaine des Cafeteros Falcao et le sélectionneur José Pékerman ont critiqué l'arbitrage de l'Américain Mark Geiger.

La pilule a bien du mal à passer. Éliminés aux tirs au but mardi soir par l’Angleterre en huitième de finale du Mondial (1-1 ; 4-3 t.a.b.), les Colombiens ont été nombreux à exprimer leur colère quant aux circonstances de la rencontre, notamment concernant le rôle de l’arbitre central, l’Américain Mark Geiger. 

Premier à montrer du doigt la performance contestée de l’homme en noir, le capitaine et buteur des Cafeteros, Falcao. Au micro d’ESPN, l’attaquant de l’AS Monaco n’y a pas été de main morte à propos de l’arbitrage : "C’est quand même étrange qu’ils choisissent un arbitre américain qui a été suspendu. Cela me laisse beaucoup de doutes car il ne parlait seulement qu'anglais. Je ne sais pas... Sa partialité était certaine. C'était clair que, dès qu’il y avait un doute, il tranchait systématiquement en faveur de l'Angleterre. C'est une honte qu'il soit arrivé en huitièmes de finale."

"Dérangeant" pour José Pékerman

Moins virulent, le sélectionneur de la Colombie José Pékerman a également condamné certaines décisions de M. Geiger. "C'était dérangeant, sachant que flottait le sentiment qu'il allait siffler quelque chose. Qu'il siffle une faute, mais quand il y en a tant et tant, il faut chercher un équilibre pour qu'on puisse jouer. J'espère ne pas me tromper, mais je suis sûr que lors du prochain match ils seront attentifs, parce que ce mardi c'était trop évident", a-t-il déclaré au sortir de la rencontre. 

Ce n’est pas la première fois que Mark Geiger fait parler de lui durant cette Coupe du monde en Russie. En effet, lors de la phase de poule, un joueur marocain l’avait accusé d’avoir demandé le maillot de Cristiano Ronaldo, adversaire du Maroc ce soir-là, à la mi-temps de la rencontre. Des accusations réfutées "avec force" par le principal intéressé dans un communiqué publié par la FIFA.