Uruguay-France : surprise, revoilà Cavani sur un terrain d'entraînement !

Voir le site Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™

CAVANI ENTR
Par La rédaction|Ecrit pour TF1|2018-07-05T14:06:01.635Z, mis à jour 2018-07-05T14:18:38.218Z

C'est le mollet le plus épié du moment. Jeudi, on a revu celui d'Edinson Cavani, à l'occasion de la séance d'entraînement programmée à la veille du quart de finale contre les Bleus.

Edinson Cavani a pris l'air. Jusqu'à présent, l'attaquant uruguayen était préservé, bien à l'abri dans le gymnase du centre sportif Borsky de Nijni Novgorod. Très incertain pour le quart de finale contre l'équipe de France vendredi à Nijni Novgorod depuis sa blessure contre le Portugal samedi dernier, "Edi" s'est enfin entraîné jeudi à part de ses coéquipiers et pour la première fois. Le buteur dur au mal, victime d'un œdème au mollet gauche, a fait son apparition parmi les derniers sur le terrain d'entraînement du camp de base de sa sélection, lors du quart d'heure ouvert à la presse. 

Cavani rit 

Il a enchaîné les allers retours en marchant puis trottinant, sans boiter mais sans non plus courir à haute intensité, dans un coin du terrain pendant que ses coéquipiers s'entraînaient sur l'autre moitié de la pelouse. Le joueur du Paris-SG a ensuite échangé des passes avec un membre du staff de la Celeste, le tout sous le crépitement des appareils photos, très nombreux à la veille du quart contre la France. 


Plus tôt dans la matinée, le président de la Fédération uruguayenne (AUF), Wilmar Valdez, est revenu sur l'état de santé d'El Matador : "J'ai suivi les informations sorties dans la presse mais je le dis : Cavani n'est pas écarté du groupe, comme cela a été indiqué. Sa blessure évolue bien, hier (mercredi, ndlr), il s'est senti mieux. (...). Hier, il s'est senti bien mieux et il reste un jour entier pour préparer le match, donc il va falloir attendre jusqu'au dernier moment", a ajouté Valdez. 

Et l'AUF, sur son compte Twitter, de poster une photo de Cavani tout sourire en train de soigner ses guiboles, histoire d'entretenir encore un peu plus l'incertitude. Surtout dans la tête des Bleus.