VIDÉO - Uruguay-France : la déclaration d'amour d'Oscar Tabarez à l'Hexagone

Voir le site 15 JUILLET 2018 : La France en bleu

Pour Tabarez, Suarez n'est qu'un 'bouc-émissaire'
Par La rédaction|Ecrit pour TF1|2018-07-05T20:15:48.251Z, mis à jour 2018-07-05T20:24:04.689Z

Le sélectionneur Uruguayen Oscar Tabarez a expliqué en conférence de presse tout le bien qu'il pensait de la France et les liens qui l'unissent à notre pays.

Si certains de ses joueurs de l'Uruguay ne se sont pas fait prier pour tacler leurs homologues de l'équipe de France, Oscar Tabarez n'est pas du tout dans cette démarche-là, bien au contraire. En conférence de presse, ce jeudi, le sélectionneur uruguayen a expliqué tout le bien qu'il pensait des Bleus et a expliqué les liens qui l'unissaient personnellement à notre pays et plus largement, ceux qui unissent nos deux nations. 

"Il y a des liens de respect et des liens culturels qui viennent de loin. La première langue que j'ai apprise, à part l'espagnol, c'est le français. La première victoire de l'Uruguay dans un Mondial (en fait des JO en 1924, ndlr) a eu lieu en France, et le premier but dans un Mondial a été marqué par un Français à Montevideo", a-t-il déclaré. 

>> Oscar Tabarez, l'architecte du renouveau de la Celeste

>> Godin-Giménez, la défense modèle de l'Uruguay

"En aucune manière un ennemi"

Puis d'encenser le système de formation des jeunes joueurs français, pris comme modèle en Uruguay, tout comme son esprit de compétition : "Quand on cherche un adversaire, la France dit toujours oui, quand d'autres disent non. Quand j'ai travaillé avec la Fifa à la Coupe du monde 1998, ils m'ont montré leurs centres de formations, d'où sortaient des joueurs comme Henry ou Anelka. J'ai visité Clairefontaine. Notre processus de travail a en grande partie pris la France comme modèle. C'est un grand adversaire demain mais en aucune manière un ennemi."

Des propos qui tranchent avec les récentes déclarations de Luis Suarez à l'égard d'Antoine Griezmann. La semaine dernière, il avait tancé le milieu de terrain des Bleus qui avait déclaré être très attaché à ce pays. "Antoine, même si on dit qu'il est à moitié uruguayen, est français", avait alors déclaré le joueur de la Céleste. "Il ne connaît pas le sentiment d'être uruguayen, il ne connaît pas le dévouement et les efforts que les Uruguayens font depuis leur plus jeune âge pour pouvoir réussir dans le football, malgré le peu de gens que nous sommes."

>> Toutes les infos sur la Coupe du monde en Russie