Dans l'actualité récente

France-Belgique : Samuel Umtiti, le but d'une vie

Voir le site 15 JUILLET 2018 : La France en bleu

France Belgique Samuel Umtiti
Par Yohan ROBLIN|Ecrit pour TF1|2018-07-10T21:57:45.595Z, mis à jour 2018-07-10T23:42:59.508Z

D'une tête rageuse face à la Belgique (1-0), Samuel Umtiti a envoyé l'équipe de France en finale de la Coupe du monde. Le défenseur des Bleus, en délicatesse depuis plusieurs mois, notamment en raison d'une blessure au genou, s'est remis sur le droit chemin au moment le plus opportun.

Son Mondial, rappelons-le, avait mal commencé. Contre l'Australie, il avait commis une faute de main absurde qui avait offert l'égalisation aux Socceroos. Trois semaines plus tard, Samuel Umtiti a offert à la France sa troisième finale de Coupe du monde, après 1998 et 2006. Comme en quart de finale, avec Raphaël Varane face à l'Uruguay (2-0), le salut de l'équipe de France est donc venu de l'un de ses défenseurs tricolore en demi-finale contre la Belgique (1-0) ce mardi 10 juillet à Saint-Pétersbourg. En difficulté depuis le début de la compétition, en délicatesse avec son genou depuis le mois de mai, "Sam" a délivré les Bleus d'une tête croisée rageuse sur un corner d'Antoine Griezmann. Son troisième but avec le maillot frappé du coq. Assurément le plus important.

>>> Le film du match France-Belgique

Il y a quelques semaines, aurait-on pu imaginer un tel scénario ? Disons-le clairement, Umtiti revient de loin. Ces derniers mois, il a inquiété. Dans le jeu, le Barcelonais ne dégageait plus une grande sérénité. Il avait notamment pris l'eau lors du naufrage collectif du Barça contre l'AS Rome (3-0) en quart retour de Ligue des champions.

Avec les Bleus, le défenseur de 24 ans, formé à l'Olympique Lyonnais, n'avait été guère plus convaincant, alternant les prestations mi-figue mi-raisin contre la Colombie (2-3) et la Russie (3-1) en mars, face à l'Italie le 1er juin dernier (3-1) et en point d'orgue sa prestation déconcertante contre les États-Unis (1-1) avant le départ pour la Russie. A tout cela s'était également ajoutée une blessure contractée au genou qu'il traînait depuis mai.


Une blessure au cœur de toutes les attentions

En Russie, les doutes se sont confirmés autour de la révélation française du dernier Euro. Après une phase de groupe où il a été en dedans, à l'instar de ses coéquipiers en Bleu, il a retrouvé des couleurs. Pour se remettre à niveau physiquement, il a été ménagé contre le Danemark (0-0), match sans enjeu puisque la France était déjà qualifiée. Le défenseur du Barça a poursuivi son programme adapté mis en place par le staff techniqueau début du rassemblement des Bleus à Clairefontaine afin de ménager son genou douloureux.

"Je travaille pas mal avec les kinés et en salle aussi. Je m'y tiens toujours les jours pour être performant en match, même si ça me prend du temps. Il faut que je le fasse dans cette période où j'étais moins bien physiquement. Je me sens prêt", confiait-il avant le huitième contre l'Argentine (4-3). Un travail spécifique qui a payé et s'est traduit en montée en puissance durant la compétition. Il a ainsi tenu tête à Lionel Messi et Luis Suarez. Face à eux, il a su répondre dans les duels. Il n'a jamais été pris physiquement et s'est montré vigilant dans la couverture.


"Sam" immortalisé

Face à la Belgique, tout n'a pas été parfait, certes, mais "Sam" a enfilé le costume du super-héros. Associé à Raphaël Varane, auteur d'une nouvelle prestation majuscule en Bleu, il l'a aidé à contenir le remuant et imposant Romelu Lukaku. Il s'est toutefois fait quelques frayeurs, en passant au travers sur un centre de Kevin De Bruyne en fin de première période (45e) et une ouverture du meneur belge pour Lukaku (88e), qui - peut-être surpris - n'en a pas profité. Il s'est aussi emmêlé les pinceaux plusieurs fois, sans conséquence fâcheuse là non plus. 

Des errements défensifs qu'il a fait oublier en gagnant son duel face à Marouane Fellaini à la 51e minute de la demi-finale. Un "coup de casque" qui restera, à tout jamais, dans l'histoire de l'équipe de France et dont Samuel Umtiti, élu homme du match ce mardi 10 juillet, se souviendra sans nul doute toute sa vie. 



>>> Toutes les infos de la Coupe du monde 2018