Grey's Anatomy : Chandra Wilson (Dr Miranda Bailey) parle pour la première fois de la maladie incurable de sa fille

Voir le site Grey's Anatomy

Miranda-Bailey dans Grey's Anatomy
Par ZY|Ecrit pour TF1|2017-03-31T08:26:02.649Z, mis à jour 2017-03-31T08:26:07.952Z

Si Chandra Wilson incarne dans Grey’s Anatomy, un chirurgien hors pair, elle reste malheureusement impuissante face à la maladie de sa fille. L’actrice s’est en effet confiée pour la première fois sur le mal incurable qui ronge son aînée.

Depuis 2005, Chandra Wilson est pour tous les fans assidus de Grey’s Anatomy, l’intraitable mais juste Dr Miranda Bailey. Elle incarne en effet depuis douze saisons un chirurgien charismatique et très toué, à tel point que son personnage est désormais à la tête du service de chirurgie. Mais si dans la série médicale de TF1, Miranda Bailey est un as, un médecin parfois capable de réaliser des prouesses, malheureusement dans la vie, son interprète peut se sentir quelque fois très impuissante face à la maladie. Une énorme frustration pour l’actrice de 47 ans, surtout quand cette maladie touche sa fille aînée : Sarina MacFarlane.

Chandra Wilson impuissante

Dans une interview accordée au magazine américain <em>People</em>, Chandra Wilson s’est en effet confiée pour la première fois sur la maladie incurable qui gâche la vie de sa fille depuis des années. Selon l’actrice, la maladie s’est déclenchée lors d’une sortie entre amis alors que son enfant n’a que 16 ans. La jeune adolescente a en effet été prise soudainement de nausées et de vomissements. Si tout le monde a pensé au départ à une intoxication alimentaire, la vérité était toute autre… Chandra Wilson a alors commencé à s’inquiéter quand elle a vu que l’état de sa fille ne s’améliorait pas : "Elle avait des vomissements violents et des douleurs abdominales. C'était fou. Je savais que ma fille avait quelque chose de terrible et personne ne pouvait me dire quoi" 

Diagnostic : une maladie incurable

Faute de pouvoir agir en médecin, Chandra Wilson s’est alors comportée en mère très attentive en consignant les moindres faits et gestes de sa fille en espérant que cela puisse aider les médecins à établir un diagnostic. "Je me suis mise à noter tout ce qu'elle mangeait, où nous étions, toutes ces informations moi-même. A chaque visite à l'hôpital, je mettais toutes les informations dans un classeur. Au bout de huit mois, je me trimballais avec un classeur gigantesque." Un travail minutieux qui a porté ses fruits puisque dix mois après le déclenchement de la maladie, les médecins rendent leur verdict. Sarina est atteinte d'un syndrome de vomissements cycliques et de dysfonctionnement mitochondrial (appauvrissement sévère de l'approvisionnement en énergie des cellules du corps).

Si Sarina a confié avoir été "apeurée, frustrée et déprimée" à l’époque, la jeune femme semble s’être fait une raison. "Je pourrai être triste à ce sujet mais de toute façon ça reviendra quand même..." a-t-elle confié un peu fataliste.  Âgée désormais de 23 ans, elle suit un cursus d'études de scénarios à l'université de Northridge en Californie, et ne se laisse pas abattre.