Grey's Anatomy : Quel impact a la série sur les vrais patients des hôpitaux ?

Voir le site Grey's Anatomy

147583 9106
Par P.H.|Ecrit pour TF1|2018-02-22T16:03:15.862Z, mis à jour 2018-02-22T16:03:34.627Z

Certains fans américains de "Grey’s Anatomy" auraient tendance à confondre réalité et fiction et espéraient désormais retrouver l’ambiance de la série lors de leurs vrais passages à l’hôpital.

La série Grey’s Anatomy a-t-elle un effet sur les attentes des patients à l’hôpital ? C’est sur cette question que se sont penchés des médecins américains. Dans une étude publiée dans le journal Trauma Surgery & Acute Care, les auteurs pointent du doigt le fait que les "séries dramatiques médicales pourraient faire naître de fausses attentes chez les patients et leur famille". "La satisfaction des patients est importante de nos jours. C’est devenu une mesure qualitative. S’il y a un trop grand fossé entre les attentes et la réalité, l’expérience sera décevante pour le patient et elle le sera également pour les médecins et les infirmières qui essaient de s’occuper de ce patient qui se sent vraiment frustré", a ainsi confié Jordan Weinberg, l’un des auteurs de cette analyse, au Time

Pour cette étude reprise par les médias américains, deux médecins traumatiques et une infirmière ont visionné avec attention les 269 épisodes des 12 premières saisons de Grey’s Anatomy. Le tout en se focalisant sur les "290 patients de trauma passés par le Grey Sloan Memorial Hospital", relate ainsi le New York Daily News. Pour tous ces cas, les trois professionnels de santé ont noté certaines données telles que la gravité de leur état et leur temps d’hospitalisation afin de les comparer à des vraies statistiques médicales. Résultat des courses : un fossé existe bien entre la réalité et la fiction. 

Selon cette étude, les cas de Grey’s Anatomy sont beaucoup plus sévères et empirent beaucoup plus rapidement que dans la réalité. Chose plus étonnante : 22% des patients gravement blessés décèdent dans la série contre 7% seulement dans les statistiques officielles. Les blessés mettent également beaucoup plus de temps pour leur convalescence que sur le petit écran. Des différences qui n’empêchent pas la série de réussir son but ultime "divertir les gens". "Nous ne regardons pas Grey’s Anatomy pour s’éduquer mais pour se divertir. Avec les contraintes qu’ils ont, c’est-à-dire, divertir, ils font vraiment un très bon boulot sur le réalisme", a ajouté Jordan Weinberg. 

Pour le plaisir, retrouvez les débuts embarrassants du couple Meredith Grey/Derek Shepherd :