Olivier Sitruck "Mathieu place la séduction au cœur de ses relations"

Voir le site Instinct

Mathieu Kowalski
Par Karelle Bourgueil|Ecrit pour TF1|2015-12-15T16:48:44.310Z, mis à jour 2015-12-15T16:49:05.782Z

Thomas Kowalski, un flic parisien de 35 ans, demande à son frère jumeau Thomas, joueur de poker professionnel, de venir le remplacer pour quelques jours. Olivier Sitruk se glisse dans la peau de ces deux hommes à la personnalité diamétralement opposée.

Qu’est-ce qui vous a séduit dans ce projet ? 
L’originalité du scénario m’a interpellé. Quelque chose fonctionnait très bien dans l’écriture, à l’image des séries Mentalist ou Castle. J’aimais l’idée d’accoler un personnage de flic avec un autre qui ne l’était pas. Je sentais que l’histoire promettait des moments de comédie et de légèreté et j’appréciais le côté décalé du personnage. Ma rencontre avec le réalisateur Marwen Abdallah a été mon deuxième coup de cœur. J’ai tout de suite adhéré à sa conception de la série. Tout le monde était très concerné par ce projet. C’était très agréable.

Vous aviez déjà été amené à jouer des jumeaux…
Mon rôle est un peu différent dans Instinct car Mathieu et Thomas n’apparaissent pas en même temps à l’écran à l’inverse des jumeaux que j’avais interprétés précédemment. Je me glisse finalement très peu dans la peau de Thomas. Ce personnage existe surtout à travers ce que l’on apprend de lui.

Comment décririez-vous Thomas ? 
C’est un homme concentré, plutôt dur et solitaire. Il a suivi les traces de son père et est devenu flic comme lui. Thomas est profondément sérieux dans le choix de ce métier et dans sa façon de l’exercer. Sa profession prend le pas sur tous les autres aspects de son existence.

Quelles relations entretient-il avec sa coéquipière Sybille ?
Leurs rapports sont essentiellement professionnels. Thomas et Sybille sont totalement engagés dans leur travail et la passion qu’ils ont pour leur métier. Ils éprouvent une admiration réciproque mais la sensualité et la séduction ne semblent pas avoir de place dans leur relation.

Et Mathieu, qui est-il ?
Mathieu place la séduction au cœur de ses relations avec les autres. Les rencontres sont un moteur dans sa vie. Il est bien dans sa peau et se montre ouvert et disponible. Joueur de poker professionnel, il exerce le métier qu’il souhaitait. Le jeu est à la fois son métier et sa façon de voir la vie. Il est très sensible à son environnement et à ceux qui l’entourent. Ce qui le pousse à être plus attentif que son frère pour découvrir qui est Sybille.

Qu’est-ce qui est le plus difficile pour lui face à cette situation ?
Au départ, le plus compliqué est de prendre la place d’un flic alors qu’il ne l’est pas lui-même. Il ne connaît pas les réflexes, les gestes et les attitudes à adopter. Il est confronté à l’angoisse d’être démasqué mais le plus dur pour Mathieu est de ne pas savoir où est son frère, ce qu’il devient et d’ignorer combien de temps cette situation extrêmement complexe va durer.

Mathieu possède un don d’observation extraordinaire. Avez-vous appris des choses à ce sujet ? 
Je joue régulièrement au poker depuis une quinzaine d’années. Appréhender la façon de réagir des autres se met en place progressivement. Durant mes dix années de cours de théâtre, j’ai eu l’occasion d’observer et de comprendre bon nombre de situations, d’individus et d’émotions. J’ai naturellement développé un certain sens de l’observation. Grâce à ces expériences, je porte une attention particulière aux attitudes et aux émotions des autres et à la façon dont cela se retranscrit dans leurs gestes.

Connaissiez-vous les autres comédiens ?
Absolument pas, mais je faisais confiance à Marwen Abdallah pour réunir les bons acteurs. La personnalité du réalisateur est très importante car elle donne tout le rythme du film. Marwen était toujours très disponible pour répondre aux questions et savait y apporter des réponses. Il était très attentif et avait une idée concrète de ce qu’il souhaitait.

Quels souvenirs gardez-vous de ce tournage ?
Il régnait une ambiance formidable mêlant à la fois travail et plaisir. Je garde à l’esprit nos parties de poker tardives en fin de semaine avec toute l’équipe. Nous avons partagé de vrais moments de convivialité et quelques fous rires, notamment sur la prononciation du nom de famille de mon personnage qui a souvent été écorché par mes partenaires. Cette bonne humeur nous a accompagnés tout au long du tournage.

Quels sont vos projets ? 
Je serai en tournée de janvier à avril dans toute la France avec la pièce de théâtre Rupture à domicile. Je serai également en tournée début 2016 aux côtés de Laurent Ournac dans la pièce Le gai mariage. Enfin, je serai à l’affiche de trois films dont les sorties sont prévues durant le premier semestre 2016 : Dieumerci, réalisé et avec Lucien Jean-Baptiste ; Venise sous la neige, du jeune réalisateur Elliott Covrigaru ; et Deux au carré, une comédie de Philippe Dajoux.