Liane Foly joue aux côtés de Mimie Mathy dans Joséphine Ange Gardien

Voir le site Joséphine, ange gardien

JOSEPHINE ANGE GAR-2 preview
Par Aurélie Binoist|Ecrit pour TF1|2010-09-01T15:21:00.000Z, mis à jour 2010-09-01T15:21:00.000Z

Liane Foly a rejoint Mimie Mathy, son amie de longue date, sur le tournage d'un épisode de Joséphine Ange Gardien. Elle revient en détails sur cette aventure professionnelle et amicale. Joséphine Ange Gardien, lundi 20 septembre à 20h45

JOSEPHINE ANGE GAR-2 preview"Un cadeau formidable" Liane Foly a rejoint Mimie Mathy, son amie de longue date, sur le tournage d'un épisode de Joséphine Ange Gardien. Elle revient en détails sur cette aventure professionnelle et amicale.

Vous projetiez depuis plusieurs années de participer à un épisode de Joséphine, ange gardien...
Effectivement. Mimie et moi sommes amies depuis longtemps puisque nous nous sommes rencontrées au début de nos carrières respectives. Le trio qu'elle formait avec Les Filles apparaissait même dans mon premier clip ! Depuis cette période, nous sommes restées très proches. Nous avons des goûts semblables et plusieurs points communs : toutes les deux originaires de Lyon, nous sommes nées dans la même clinique et nos parents se sont mariés le même jour ! Pendant les tournées des Enfoirés, nos liens se sont renforcés et nous avons remarqué que le public aimait nos duos comiques. Il y a 4 ou 5 ans, l'idée de jouer ensemble dans un épisode de Joséphine a alors germé. Le jour où Mimie a trouvé le bon scénario, elle m'a immédiatement appelée.

Comment décririez-vous votre personnage ?
Barbara disait souvent : «Je suis une femme qui chante». J'ai immédiatement pensé à cette phrase en découvrant Laura Calle, même si pour elle, il ne s'agit pas de musique mais de cinéma. Si elle est une grande actrice passionnée par son métier, elle sait que son bien-être passe avant tout par sa vie personnelle et par le bonheur de sa fille. Laura a tout fait pour la protéger du monde extérieur mais elle a commis de grosses erreurs qui ont énormément compliqué leurs relations.

Quels étaient vos rapports avec l'adolescente qui jouait votre fille ?
En donnant la réplique à cette jeune actrice, je me suis sentie responsable d'elle. Avec Mimie, nous voulions la protéger et l'aider à aller vers des émotions particulières. Plusieurs séquences comportaient des scènes fortes et difficiles à interpréter. Elle a beaucoup travaillé et a été formidable. Me projeter dans ce rôle de maman m'a plu. Je suis tante, marraine et beaucoup d'enfants évoluent dans mon entourage proche, mais je ne suis pas mère. A la fin du tournage, j'ai regretté de ne pas avoir moi aussi une adolescente à la maison !

Vous aviez plusieurs scènes en costume du XVIIIe siècle. Etait-ce agréable ou contraignant ?

C'était très amusant le premier jour... mais beaucoup moins le lendemain matin lorsque j'ai dû remettre un corset à 5 heures du matin ! J'ai d'ailleurs dû faire quelques jours de diète pour pouvoir respirer dans ma robe ! Ces vêtements étaient très contraignants, la perruque me tenait chaud et me grattait la tête... Je n'envie vraiment pas les femmes de cette époque !

Avez-vous rencontré des difficultés ?
Un matin, en début de tournage, j'ai senti une énorme montée d'angoisse et j'ai éclaté en sanglots. Je m'étais mis trop de pression sur les épaules et j'étais terrorisée. J'avais peur de décevoir Mimie ou la chaîne alors qu'elles m'avaient fait confiance. Mimie est venue me parler, me rassurer et m'a permis de reprendre confiance. Ensuite, sur le tournage, j'ai appris à connaître l'équipe et je me suis sentie de plus en plus à l'aise. Philippe Monnier, le réalisateur, est un homme précis et patient qui m'a beaucoup appris. Chaque jour, je me perfectionnais grâce à lui. Et j'étais accompagnée de Mimie. Elle faisait attention à moi et me transmettait des forces. Cet épisode est un cadeau formidable que je lui dois.

Cette expérience commune vous a-t-elle donné envie de reformer un duo avec elle ?

Oui, former un nouveau duo dans une fiction pourrait être amusant. J'ai vécu un très bon moment et je conserve des souvenirs précis de ce tournage même si, affectivement, ce rôle m'a un peu fragilisée. Entrer dans la peau d'un personnage comme celui-ci, qui traverse des émotions fortes, atteint forcément un peu le moral. Pour la première fois, j'ai pleinement senti le coté schizophrénique du métier de comédien !

Quels sont vos autres projets ?

Le dernier film de Claude Lelouche, Ces amours-là, sort le 15 septembre. J'y interprète le rôle d'une chanteuse des rues, résistante pendant la Seconde Guerre mondiale. Claude m'a également demandé d'interpréter la bande originale et les versions chantées de ce film merveilleux. Et après La folle parenthèse, j'écris mon prochain spectacle qui démarrera en France début janvier. Je serai notamment du 16 mars au 16 avril au Palace pour La folle part en cure.