fond Contre la désertification médicale, l'Aveyron fait tout pour attirer de jeunes médecins
Contre la désertification médicale, l'Aveyron fait tout pour attirer de jeunes médecins

Contre la désertification médicale, l'Aveyron fait tout pour attirer de jeunes médecins

Le docteur Hugues Debilly se voyait chirurgien en ville, en réparant des cœurs et des poumons. Mais depuis six ans, il est généraliste à la campagne, à Villeneuve d'Aveyron. Une fois par semaine, il part en visite à domicile. C'est rassurant de savoir que le village voisin de 1 000 habitants compte quatre médecins et huit infirmières. Jeune interne venu de Clermont-Ferrand il y a six ans, le docteur n'est jamais reparti. Les rencontres avec ses maîtres de stage successifs ont tout changé. "On a vraiment une relation avec le médecin puisqu'on est avec lui pendant toute la journée de travail. Et il n'y a pas de filtre", explique-t-il. Proximité et échange seraient donc les clés d'une installation réussie. Et ça marche. Sur les 160 internes qui viennent chaque année en Aveyron, 10% restent alors qu'ailleurs, c'est à peine 3%. Tout a commencé il y a dix ans, avec un guichet unique à l'Aveyronnaise. C'est un travail en commun entre département, médecins et sécurité sociale. Résultat en Aveyron : on compte 40 installations de nouveaux médecins, pour les 15 départs programmés.
Journal de 13 heures
2m18
Publiée le 28 avril 2021 à 13:11
Dispo 5jJournal de 13 heures