fond "Fait chez nous" : les blousons en cuir de la maison Chapal
"Fait chez nous" : les blousons en cuir de la maison Chapal

"Fait chez nous" : les blousons en cuir de la maison Chapal

L'histoire de Chapal débute à Crocq en 1832 dans ce moulin qui existe toujours. En quelques années, l'entreprise fait fortune grâce au tannage de peaux de lapin. Des usines ont même ouvert aux Etats-Unis et employaient jusqu'à 4 000 ouvriers et 400, ici à Crocq, dans les années 70. Aujourd'hui, une quinzaine d'artisans y travaillent et fabriquent les vêtements à la main. Chaque année, 2 000 produits seulement sont confectionnés sans aucune sous traitance. La production reste confidentielle. "On en est fiers puisqu'il n'y a plus beaucoup d'usines comme celle-ci. Les machines ne sont pas toutes neuves mais c'est vraiment bien de travailler là-dedans", affirme Michel. Les vêtements hauts de gamme sont vendus sur Internet et expédiés aux États-Unis, en Corée ou encore en Chine. Ici, près de 20% de la production est réalisée sur mesure avec quatre couturières qui s'occupent d'un habit de A à Z dont elles signent elles-même les étiquettes. Malgré sa renommée mondiale, l'activité de haute couture de Chapal est encore peu connue à Crocq.
Journal de 13 heures
2m32
Publiée le 07 avril 2021 à 13:21
Dispo 8jJournal de 13 heures