Faute d'assurance, la commune baisse le rideau

Faute d'assurance, la commune baisse le rideau

En ce moment, une commune sur dix verrait ses contrats d'assurance résiliés ou fortement augmentés. À Mont-Saint-Martin, en cette fin de matinée, ils sont plusieurs centaines d'habitants à soutenir la commune. À cause des émeutes de l'année dernière, Mont-Saint-Martin a subi près de trois millions d'euros de dégâts. Résultat : aujourd'hui, les assureurs ne veulent plus assurer la ville. L'opération "ville morte" du jour montre ce qui pourrait se passer sans assurance, difficile de garder les écoles ouvertes. Il y a un an, les salles de classe étaient saccagées. Aujourd'hui, elles sont symboliquement inoccupées. Sans assurance, une épicerie solidaire pourrait fermer, l'activité de l'hôpital serait aussi impactée, car les naissances et les décès sont à déclarer à l'état civil de la mairie. Les émeutiers avaient tout cassé et la commune arrive à la fin de son contrat d'assurance. Les 30 voitures communales, les 150 employés et les 35 bâtiments ne seront plus assurés, ils restent 19 jours à Mont-Saint-Martin pour trouver une solution. TF1 | Reportage G. Gruber, V. Ruckly

Journal de 13 heures
1m49
2 jours restants

Journal de 13 heures