fond Le moulin à couleurs d’Écordal
Le moulin à couleurs d’Écordal

Le moulin à couleurs d’Écordal

Sous les champs de colza et la forêt des Ardennes se cache un trésor insoupçonné. Emmanuel Poix, l'un des deux derniers fabricants de pigments naturels dans l'Hexagone, nous le fait découvrir à la pointe de sa grille. C'est dans le Moulin à Couleurs que l'histoire s'écrit en 1866. Il a perdu sa roue à aubes sous la sous-pente. Mais les murs, eux, offrent toujours leur gigantesque palette à ciel ouvert : brun, rouge, doré et des nuances à volonté. Tout commence par des tombereaux de terre. Si on veut lui conserver sa couleur d'origine, on se contente de la faire sécher à 200 degrés dans une étuve. A cette température, racines et déchets végétaux sont éliminés. Si, au contraire, on veut modifier la couleur, on cuit la terre. Terre noire, ocre rouge, jaune, ardoise locale... au total, sept pigments utilisés seuls ou en mélange comme ce jour-là. Une benne de terre de Sienne hissée puis déversée dans un immense entonnoir et un seau de pigment noir pour les nuances. Ce sont des pigments broyés plus finement que de la farine. TF1 | Reportage A.M. Blanchet-Bouchet, F. Maillard
MA LISTE
Journal de 13 heures
4m23
5 May 2022 à 13:33
Journal de 13 heures